Annonce à mes fidèles lecteurs !

Très chers amis des livres jeunesse ! (ou des activités manuelles ou des jeux…)

Disons, très chers grands enfants !

Vous pouvez désormais suivre ce blog via une page Facebook qui lui est entièrement consacrée ! J’y partagerai tous mes articles simultanément, MAIS, (/!\attention exclusivité du jour) vous pourrez suivre mes ressentis en direct, ou les réponses aux challenges ou tag qui m’ont été donnés, mes récents achats, ou encore des petites anecdotes de mon boulot de prof au lycée. 

Les petits + de la prof-doc :

Le pied non ??? =D (Vous aurez même le droit de temps en temps à quelques graffitis venus tout droit des tables de cours…ou des murs…ou des livres…ou des petits bouts de papiers par terre…ou des mouchoirs… z’ont de l’idée les jeunes des fois, ils sont pleins de ressources…!)

Alors n’hésitez plus, à la une, à la deux, c’est par ici : rérélunettes2fbFB

Et n’hésitez pas à partager à vos amis ! 😀

Ma note pour cette page : 20/20 (héhé)

Publicités

Le complexe de l’ornithorynque, Jo Hoestlandt

Résumé :

À chaque fois que je suis tentée par le divin, je bute sur les ornithorynques. Qui ont vraiment une tronche de puzzle raté. Parfois, je me sens indulgente et j’explique le cas de l’ornithorynque par un coup de fatigue du Créateur. D’autres fois, il me crève les yeux que tout est affaire de hasard, et que l’ornithorynque en paie le lourd tribut. Mais souvent, je suis tentée de penser: l’ornithorynque… et moi! Parce que je ne suis pas loin de me sentir aussi bizarre que lui, même si ça ne se voit pas de façon totalement évidente.

Philémon intrigue beaucoup sa voisine Carla qui est l’amie de Rose qui rêve d’Aurélien qui croit aimer les garçons. Chacun se frôle, se dévoile, se ment. Chacun se cherche, se cogne, se blesse.
Heureusement, les ornithorynque ont la peau dure… (Editions Milan 2007)

Mon avis :

Je suis tombée par hasard sur ce roman au titre intrigant et je me suis laissée tenter. J’ai tout simplement adoré. Même si on se demande ce que l’évocation d’un ornithorynque vient faire là, on se rend finalement compte qu’il s’agit d’un recueil d’émotions éprouvées par de jeunes adolescents en quête d’amour. On retrouve bien sûr l’image du complexe de l’ornithorynque qui fait écho au complexe du homard que Françoise Dolto avait créé pour évoquer la crise d’adolescence : quand l’ado se défait lentement de sa carapace d’enfant pour devenir un adulte, cette période où il est vulnérable. C’est donc à travers leurs peines et leurs doutes que les 4 narrateurs s’expriment au fil de ce roman : Rose une adolescente handicapée, éperdument amoureuse d’Aurélien, qui lui-même éprouve des doutes sur son orientation sexuelle. Carla qui flashe sur son voisin qu’elle observe de sa fenêtre, Pierre, barman qui lui-même est passionné de photographie et décide de faire poser une étrange jeune femme rencontrée sur son lieu de travail. Malgré des histoires d’amour qui n’aboutissent pas entièrement, et pas énormément d’actions, on est envoûtés par ces émotions enfouies qui se révèlent au fil de l’oeuvre. Un gros coup de coeur pour ce roman aussi touchant que réaliste, qui dévoile l’intimité de jeunes adolescents qu’on a parfois du mal à comprendre…

Les petits + de la doc : 

Le complexe de l’ornithorynque convient dès le collège. Il aborde des thèmes importants comme la construction et l’acceptation de soi pour un adolescent, mais aussi l’amour, l’amitié, le handicap, l’homosexualité… Chers collègues, n’hésitez pas à découvrir cette auteur française avec son roman qui fera écho aux adolescents et à leurs doutes les plus intimes.

A savoir :

Ma note :  18/20

[Manga] Le maître des livres – Tome 1, Umiharu Shinohara

Résumé :

À la bibliothèque pour enfant « La rose trémière » vous êtes accueillis et conseillés par Mikoshiba, un bibliothécaire binoclard célèbre pour son caractère bien trempé. Mais contrairement à ce qu’il peut laisser paraître, c’est un professionnel de premier ordre. Aujourd’hui encore, adultes comme enfants perdus dans leur vie viennent à lui en espérant qu’il leur trouvera le livre salvateur. (Editions Komikku 2014)

Mon avis :

Je n’avais encore jamais lu de manga avant celui-ci, et je dois avouer que j’ai été agréablement surprise. Au départ, j’étais réfractaire à cause des dessins qui ne me touchent pas particulièrement : le noir et blanc, les personnages qui se ressemblent tous, les noms compliqués… Mais l’histoire de cette série m’intriguait beaucoup : un bibliothécaire ronchon qui joue un rôle de guide vers la lecture aux personnes qui ne croyaient plus aux livres… En tant que future professeur-documentaliste, ce thème m’a paru intéressant et je me suis donc lancée… Que dire ! J’ai adoré ! Même si les illustrations ne sont pas mes favorites, cette série m’a beaucoup séduite. On est très vite attaché à ce bibliothécaire bougon, qui sait lire au plus profond de ses usagers pour leur conseiller LE livre qui leur ouvrira la porte de la littérature. Un adepte de paris équestres, un enfant turbulent, une vieille dame jamais contente sont autant de personnes qu’il saura remettre sur le bon chemin, ou à qui il saura redonner foi en l’imagination, la rêverie, l’aventure qui sont souvent oubliés par les adultes… Ce livre est intelligent, poétique et efficace ! Une vraie ode à la lecture !

Les petits + de la doc : 

Le maître des livres peut se lire dès le collège (il suffit de s’habituer à la lecture de droite à gauche, ce qui n’est pas si simple au début !). En plus d’être passionnant, il est riche en oeuvres littéraires (des extraits sont cités par les lecteurs à chacun de leur découverte), et même des oeuvres françaises (l‘île des esclaves par exemple). J’ai déjà commandé les tomes 2 et 3 que je m’empresserai de lire dès réception ! Chers collègues, n’hésitez pas à proposer ces mangas au CDI, succès garanti !

A savoir :

  • Actuellement 7 tomes
  • Tome 8 à paraître en France en juin 2016

maitrelivres2

lemaitredeslivres5

Le-Maitre-des-livres-T01-scan02

Ma note :  18/20

Ma réputation, Gaël Aymon

Résumé :

Laura, 15 ans, préfère la compagnie des garçons, celle de Jimmy, Sofiane et Théo. Les mimiques travaillées, les soirées filles, c’est pas trop son truc. Mais lorsqu’elle repousse les avances de Sofiane, ses amis lui tournent le dos et Laura se retrouve isolée et vulnérable. Seule en cours, seule au self, seule dans les couloirs. Les pires ragots circulent à son sujet sur les réseaux sociaux, la rumeur enfle et l’isolement de Laura grandit. Jusqu’à sa rencontre avec Joséphine, élève solitaire et marginale comme elle, qui va l’aider à relever la tête et à dénoncer le harcèlement dont elle est victime. (Editions Acte Sud Junior 2013)

Mon avis :

Je l’ai dévoré en une petite heure. On s’accroche très vite à Laura qui se confie simplement sur les épisodes de son quotidien, et surtout depuis qu’un garçon de sa bande de copain a tenté de l’embrasser. Elle, la fille cool et décontractée qui ne traîne qu’avec des garçons car elle ne supporte pas les filles, elle qui se sent trahie qu’il ait pu s’imaginer quelque chose. Est-ce que sa relation avec la bande va changer après cet incident ? Malheureusement elle va le constater très vite, en étant incapable de réagir, de se défendre… Tous les jeunes devraient prendre une petite heure pour lire ce court roman, ne serait-ce que pour comprendre le mal que certains actes, qui passent a priori pour des bêtises d’adolescents, peuvent avoir de graves conséquences. A LIRE !

Les petits + de la doc : 

Ma réputation est un très très court roman de moins de 100 pages qui se lit très vite et surtout qui peut toucher n’importe quel élève qui saura se reconnaître dans cette voix d’adolescente. Ce roman n’est pas à prendre comme moralisateur contre le harcèlement scolaire, mais comme témoignage fort et touchant d’une ado comme les autres qui doit vivre des choses qui la dépassent. Chers collègues, pour aborder le thème du harcèlement scolaire, ce court roman peut faire ouvrir les yeux sur certaines pratiques qui peuvent faire beaucoup de dégâts dans une tête d’adolescent (dangers d’internet, des rumeurs…).

A savoir :

 A obtenu le Prix gr’aisne de critique en 2015, le Prix de la ville Cherbourg-Octeville en 2015

Ma note :  19/20

Bonjour au revoir – Les contraires dans un album magique, Delphine Chedru

Résumé :

Une chose et son contraire se cachent dans chaque image ! Pour voir apparaître la nuit, puis le jour, l’été puis l’hiver, il suffit de regarder l’image, une fois à travers le filtre bleu et une autre fois à travers le rouge ! (Editions Albin Michel Jeunesse 2014)

Mon avis :

Le concept est absolument génial ! On ne cesse d’apprendre aux enfants des mots et leur contraire. Pour expliquer ce que veut dire ‘grand’, il faut comprendre le mot ‘petit’. Pour comprendre ce qu’est la ‘lumière’, il faut avoir notion du ‘noir’. Et bien dans cet album, les illustrations proposent de faire découvrir aux enfants les contraires mais avec une méthode inattendue ! Un filtre est fourni à la fin du livre : avec une partie bleue, et une partie rouge. En mettant le filtre devant nos yeux, on ne voit plus qu’une partie de l’illustration. Avec le filtre rouge, on ne voit que les images bleues, et avec le filtre bleu, on ne voit que les images rouges ! Il est alors tellement facile de dessiner quelque chose et son contraire sur la même page !

Les petits + de la doc : 

Bonjour au revoir convient à tous les âges, mais avec une aide pour les touts petits pour leur faire comprendre l’utilité du filtre. Ainsi cet album a donc deux utilités, d’une part pédagogique pour le vocabulaire qu’il apporte et la notion de contraire, mais aussi ludique avec la manipulation d’un fibre optique pour voir apparaître ou disparaître des images rigolotes comme par magie ! Chers collègues, voici un album original qui remportera un franc succès auprès des enfants ! De plus c’est un vrai régale pour les yeux, les illustrations sont sublimes. Des notions simples et usuelles comme : ‘dessus dessous’, ‘près loin’, ‘hiver été’, ‘monter descendre’, mais aussi des notions plus philosophiques et imagées : ‘captif libre’, ‘triste gai’…

A savoir :

  • Dans le même univers : La grande traversée : Avec une loupe magique pour découvrir l’envers du décor d’Agathe Demois ; La forêt enchantée : Avec 3 loupes magiques d’Aina Bestrad.

 A obtenu le Prix Eh ! Lire des livres ! – Catégorie 3-6 ans – Illustrations innovantes en 2015

13242038_666804496791156_670895329_o

Ma note :  17/20

[Série] Aya de Yopougon, Marguerite Abouet

Résumé :

Fin des années soixante-dix, à Yopougon, quartier populaire d’Abidjan rebaptisé Yop City « pour faire comme dans film américain », vivent Aya et ses deux amies, Adjoua et Bintou. Elles ont dix-neuf ans, l’âge où tout est possible, mais si Aya souhaite devenir médecin, les deux autres sont plus versées dans les soirées au maquis et la chasse au mari. Autour de ce trio choc on croise des personnages aux destins divers, comme Ignace, le père volage d’Aya qui jongle entre plusieurs « bureaux », Moussa, le fils du puissant Bonaventure Sissoko, qui compte sur sa Toyota pour emballer les filles, Fanta et Koro, les mamans qui s’efforcent de protéger leurs filles ou Grégoire, le « Parisien », qui flambe son magot au fameux hôtel Ivoire… (Edition Gallimard 2005 à 2010)

Mon avis :

Un univers dépaysant qu’est l’Afrique avec une intrigue ambitieuse : la vie de plusieurs adolescentes à Abidjan dans la fin des années soixante-dix. Avec des préoccupations de filles de leur âge qui restent semblables à celles des jeunes d’aujourd’hui, on est transporté par leur cadre de vie qui est très différent de celui des adolescents européens. Il est facile de s’identifier à l’un des personnages de cette série. Aya : l’adolescente studieuse qui veut à tout prix devenir médecin, Bintou : une fille à fort caractère préoccupée par les garçons, Hervé : un garçon un peu paumé qui se découvre une passion pour la mécanique, Moussa : un fils de riche qui n’a pas du tout l’ambition de reprendre l’entreprise de son père, ou encore Albert : un jeune homosexuel qui préfère ne rien dire à ses parents et rencontrer avec une femme qu’on lui a choisi… J’ai adoré cette série très prenante qu’on ne peut lâcher avant le dernier tome… A noter aussi  énormément de passages très drôles dans cette série !

Les petits + de la doc : 

Ces BD ont un certain impact sur les adolescents. Ils se rendent compte que la vie peut être totalement différente dans une autre partie du globe, qu’il est beaucoup plus difficile de vivre sa vie comme on l’entend en fonction des différentes cultures. En plus, les illustrations sont magnifiques ! Chers collègues, n’hésitez pas à proposer ces BD au CDI, les collégiens les adorent, et c’est surtout une des rares BD évoquant l’Afrique à travers quotidien le plus banal d’un groupe d’adolescentes.

A savoir :

 A obtenu : le Prix du premier album au Festival Angoulême 2006

Aya_de_Yopougon_Tome1_Planche40_Vignette2

Aya-de-Yopougon_Tome2_Planche25

-aya-de-yopougon--de-marguerite-abouet-et-clement-oubrerie

bulle_Aya

Ma note :  16/20

Mathador

Règle du jeu 

But du jeu : Devenir imbattable en calcul mental. Le lien du jeu.

  • Retrouvez le nombre de départ en utilisant les nombres et symboles donnés.

Mon avis :

Voici un jeu éducatif qui peut plaire aux amoureux des maths. Il est plutôt attrayant par son design et facile d’utilisation. Si vous avez envie de vous exercer au calcul mental, il vous suffit de faire des parties de ce jeu : il génère un nombre à obtenir ainsi que plusieurs chiffres qu’il faudra soit additionner, soit soustraire, soit diviser, soit multiplier les uns les autres pour retrouver le chiffre de départ. Un vrai casse-tête, et seulement 3 minutes pour trouver un maximum d’opérations. Il est possible de jouer en invité sans s’identifier, mais si on crée un compte les scores seront enregistrés pour suivre sa progression. Il est aussi possible de jouer en réseau en envoyant une demande à une autre personne inscrite, ou même ajouter des membres soi-même pour jouer entre amis.

Les petits + de la doc : 

Mathador convient à partir de 10 ans environ, mais n’oubliez pas qu’un usage trop fréquent des écrans peut être dangereux chez les enfants, donc à surveiller. Chers collègues, ce jeu est présenté par le réseau Canopé qui propose donc un accompagnement pédagogique du jeu pour l’utiliser en classe.

A savoir :

  • L’application disponible pour iphone avec 3 jeux différents.
  • Possibilité de s’identifier et de jouer entre amis.
  • Guide pédagogique du jeu proposé par le Canopé.
  • Durée d’une partie : 3 min
  • Disponible en boîte de jeux dans 3 versions (cf ci-dessous)

 A obtenu : Coupe du concours Lépine, 1er prix « Nouveaux Talents » au salon international du jouet de Paris, Prix Anatole Decerf 2002.

mathador3

mathador4

Ma note :  16/20

Aujourd’hui je suis, Mies Van Hout

Résumé :

Peints à l’aide de pastels ou bien de craies, ces poissons aux couleurs vives, empreints d’humour ou d’ironie, nous permettent de découvrir leurs humeurs, à chaque moment de la journée : le poisson curieux, le poisson heureux, le poisson triste, le poisson surpris ou encore peureux… Toutes ces émotions, ces sentiments que tous connaissent selon l’heure ou le jour nous sont montrés ici, tels des miroirs de notre propre humeur. Ils prennent de ce fait une dimension humoristique irrésistible. (Min Edition 2011)

Mon avis :

Avec des illustrations originales et peu banales, cet album fera rêver aussi bien les petits que les grands. De l’humour, de la sensibilité, tout cela avec simplicité, pour une efficacité redoutable. Découvrez les différentes émotions des poissons retranscrites à l’aide de craies ou de pastels, pour exprimer des couleurs vives sur un fond noir, superbe effet. Jamais plus vous ne verrez les poissons dénués d’émotion !

Les petits + de la doc : 

Aujourd’hui je suis convient à tous les âges, les petits parce que les couleurs représentent bien les émotions qui sont souvent difficiles à définir, et les grands pour cet étalage de sentiments, parfois drôles, parfois touchants… Des sentiments parfois méconnus des enfants, comme « morose » ou « confus », seront grâce à ces poissons, beaucoup plus lourds de sens. Chers collègues, voici un album aux traits aussi inattendus que les sentiments qui inondent ces petits poissons. Vous pouvez donc l’étudiez en arts-visuels mais aussi évidemment pour acquérir le vocabulaire des émotions en cycle 1 et 2.

A savoir :

 A obtenu le Prix Eh ! Lire des Livres ! – Catégorie 3-6 ans – Illustrations innovantes.

Sans titre 1

Sans titre 2

Ma note :  19/20

Les Drapeaux du monde expliqués aux enfants, La Martinière

Informations :

Savez-vous que les drapeaux des États ont chacun une histoire ? Leurs couleurs, leurs formes, leurs dessins n’ont pas été choisis au hasard. Emblème de l’unité d’un pays, un drapeau raconte souvent la longue histoire de son indépendance.
Alors, partez avec nous pour ce long voyage autour du monde, à travers la signification des 193 drapeaux des États indépendants.

Mon avis :

Ce documentaire est super bien réalisé et très attrayant pour les jeunes. Une page consacrée à chaque pays, avec l’illustration du drapeau et les explications des couleurs, du choix des symboles… De plus, sous chaque drapeau on peut découvrir la capitale du pays, à quel continent il appartient, sa monnaie, ses langues officielles, mais aussi sa superficie et son plus haut sommet… Autrement dit une description très complète, avec souvent des petites anecdotes pour accompagner l’histoire du drapeau.

Les petits + de la doc : 

Les Drapeaux du monde expliqués aux enfants propose des notions de géographie évidemment, mais aussi d’histoire et surtout de culture générale. Il est très accessible aussi bien par les petits que par les adolescents. Je le recommande vivement. Chers collègues, proposez-le dans vos rayons ! Il est à la fois attractif avec ses anecdotes sur les pays, mais aussi très pédagogique !

A savoir :

Ma note :  19/20

Un soir, j’ai divorcé de mes parents, Rachel Hausfater

Résumé :

C’est décidé, il divorce… de ses parents. Chacun son tour! Pas pour tout le temps, bien sûr. Mais un week-end sur deux, il part, seul, à l’aventure, pour se chercher et peut-être se trouver. Au fil des mois, il va découvrir l’ivresse de la liberté et apprendre à regarder ses parents et la vie d’un autre œil. (Editions Thierry Magnier 2009)

Mon avis :

Ce roman aborde le sujet sensible qu’est le divorce pour un enfant. Un adolescent exprime son chagrin à travers cet exil qu’il s’impose. Il profite du manque de communication entre ses parents pour, un week-end sur deux, s’isoler loin de ses deux foyers pour se retrouver seul avec lui-même. Il va ruser et prendre des risques pour disparaître de la maison l’espace d’un week-end. Mais la question qui nous vient c’est : est-ce toujours bénéfique de se retrouver seul avec soi-même, seul avec ses remords et ses chagrins ? Et surtout, comment ses parents réagiraient s’ils savaient leur enfant complètement seul ? Comment va-t-il faire pour affronter seul ce divorce ?

Les petits + de la doc : 

Un soir, j’ai divorcé de mes parents convient dès le collège même si le personnage principal est au lycée. L’écriture est compréhensible pour le collège, et pour cause : c’est une narration à la première personne, donc une voix d’adolescent. Cependant elle reste très riche et très poétique, avec beaucoup de jeux de sons et de rimes, une belle mélodie. Chers collègues, ce roman peut être une façon d’aborder le thème du divorce mais aussi du mal être et de la recherche de soi, du bonheur et de l’indépendance.

A savoir :

Ma note :  17/20