La fille de mes rêves, C. Lambert & S. VanSteen

la-fille-de-mes-reves-602748

Résumé :

Real Dream est un espace virtuel de rencontres auquel on accède par le rêve, grâce à un avatar modelé à votre image. Lycéen le jour, Kamel Touzani est gardien de nuit dans l’entreprise qui commercialise Real Dream. Le jeune homme n’a rien d’un Apollon, mais il compte bien profiter de la Dreambox qui lui a été offerte… Il ne tarde pas à sympathiser avec Marc Herpoux, un séduisant cadre quadragénaire et, par jeu, tous deux échangent leurs avatars. C’est donc sous les traits avantageux de Marc que Kamel va approcher Lara Rastelli, la sublime remplaçante de sa prof de français. Et ça marche ! Mais l’euphorie est de courte durée car un bug mortel hante Real Dream. Et lorsque la mort vient frapper dans la réalité, le scénario romantique imaginé par Kamel vire franchement au cauchemar. (Editions Syros 2011)

Mon avis :

Comment ne pas être absolument subjugué par cette idée géniale de Dreambox ? Vous imaginez-vous, le soir , avant de vous endormir, paramétrer votre Dreambox pour qu’elle se connecte à votre cerveau pendant votre sommeil, et choisir le rêve que vous allez faire ? En plus de pouvoir faire des rêves complètement hors du commun (sports de l’extrême, plage paradisiaque, voyage sur Mars…) vous pouvez aussi faire le choix de vous connecter à l’avatar d’une personne et passer votre rêve avec elle, si elle est d’accord ? Voici comment une société Real Dream, qui a changé le quotidien du monde entier en proposant, devient multimilliardaire avec cette idée hallucinante. Mais une telle popularité amène à des dérives… Même si le forfait de la Dreambox est très cher, tout le monde souhaite faire ces rêves fantastiques, et certain basculent dans la dérive : viols virtuels notamment. Une équipe va donc devoir surveiller les rêves en permanence pour éviter ce genre de problème. Quand un jeune ado, Kamel, d’origine arabe, qui travaille la nuit pour aider sa mère, décroche un job au sein de l’entreprise Real Dream comme gardien de nuit, il voit là un bon moyen de draguer sa jeune prof de français qui lui plait particulièrement. Grâce à son poste, il a pu obtenir un vieux modèle de Dreambox mais malheureusement, les avatars des utilisateurs sont à leur image (il faut passer un scanner pour que se génère l’avatar, ainsi pas moyen de se faire passer pour un autre!). C’est alors qu’il se lie d’amitié avec un autre employé de Real Dream, et lui propose d’échanger leur clé USB correspondant à leur avatar, pour changer de peau le temps d’un rêve. Marc Herpoux, un beau brun quadragénaire, devrait être le modèle parfait pour plaire à sa belle enseignante ! Mais l’entreprise connait un énorme beug, qui met certains utilisateurs en état de somnambulisme profond, provoque de gros accidents, et la mort. Quand celle-ci touchera Marc Herpoux, Kamel, ignorant sa mort, qui utilise toujours sa clé USB, va se mettre, à ses dépends, dans un engrenage sans fin… L’idée est remarquable !! J’ai adoré ! Quelle intrigue intéressante ! Et les personnages sont tous aussi attachants les uns que les autres. On découvre une chef d’entreprise surmenée qui veut faire tourner sa boîte qui devient un succès planétaire, un jeune ado un peu trop typé pour séduire les filles et en mal d’amour, une geek gothique remarquablement intelligente, ou encore des bourreaux de travail qui donneraient corps et âme pour leur bijou virtuel… Un cocktail détonnant pour une superbe lecture !

Les petits + de la doc : 

La fille de mes rêves convient dès le collège. Ce roman est non seulement drôle, mais plein d’aventure, de rebondissement, mais aussi d’amour. En plus, il donne une bonne leçon sur les dangers du monde virtuel, qui, même s’il n’appartient pas à la réalité, a de grosses répercussions sur le monde réel. Chers collègues, proposez ce roman à vos jeunes lecteurs. Non seulement l’idée est géniale, mais même s’il se veut plutôt divertissant que moralisateur, on comprend le fil rouge d’une menace qu’implique le virtuel (les dangers des personnes qui se cachent derrière un avatar, les dérives de certains hackers qui peuvent déjouer tous les systèmes de sécurité, la méconnaissance des utilisateurs qui se croient à l’abri dans un monde virtuel…). Ce roman pourrait être un roman d’anticipation, nous laissant deviner comment pourraient se faire les rencontres et les relations à l’avenir. A lier avec l’EMC (Education morale et civique) pour avoir un bon comportement sur Internet et pour éviter les dangers du net.

A savoir :

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

Ma note :  18/20

Publicités

Nuit blanche au lycée, Fabien Clavel

9782700243116-g

Résumé :

Je m’appelle Lana, Lana Blum.
D’accord, je ne suis pas un ange mais ce n’est pas une raison pour me coller le samedi après-midi au lycée ! Le proviseur, lui, a trouvé que si.
Ce n’est pas grave, car Jérémie avec qui je vais passer un week-end en amoureux m’a rejointe.
Nous avons échangé un baiser fougueux avant d’entendre un bruit bizarre. Dans le couloir il y avait un type en treillis, une arme de gros calibre à la main… (Edition Rageot 2013)

Mon avis :

Une ado rebelle bloquée au lycée un samedi après-midi à devoir décoller les chewing-gum des tables de la permanence, voici le programme de Lana. Mais elle compte bien passer un super week-end avec son petit-ami qui la rejoint pour l’aider et ne pas louper leur concert le soir même. Mais leur destin va croiser celui d’un groupe de militaires appartenant à une boîte privée de sécurité ressemblant plutôt à des terroristes, bien décidé à laisser une trace de leur passage dans le lycée… Un suspens haletant qui fait terriblement écho aux événements qui se sont passés à Paris cette année. On découvre l’organisation sans faille de ce groupe terroriste au plan millimétré, qui n’avait cependant pas prévu que des élèves se trouveraient dans l’établissement à ce moment là. Lana et son petit-copain Jérémie ne sont pourtant pas les seuls otages que les terroristes vont devoir maîtriser : la concierge, l’homme de ménage, le proviseur, un autre élève collé et un prof de sport…sont autant de personnes qu’il faudra tenir écartées de leur plan. Nous sommes plongés dans l’ambiance angoissante d’une prise d’otage avec coups et insultes… Mais c’est sans compter sur le courage sans faille de Lana qui doit subir les coups d’un des membres qui lui en veut personnellement à cause de sa couleur de peau légèrement mate, mais qui ne se laissera pas faire et tentera tout pour avertir la police. Impossible de lâcher ce roman avant d’en connaître le dénouement. J’ai du le lire d’une traite une bonne partie de la nuit avant de pouvoir tourner la dernière page. Mais sans regret. Lana va-t-elle parvenir à s’enfuir du lycée ? Vous le découvrirez en lisant ce roman.

Les petits + de la doc : 

Nuit blanche au lycée est à lire à partir de 13 ans. Certaines paroles des terroristes sont violentes mais nous donne un aperçu de comment peut-être attisé la haine envers les musulmans. En effet, ce groupe terroriste est en réalité un groupe néo nazis (on le sait très tôt dans le roman), qui va faire passer leur attentat pour un acte réalisé par des musulmans en inscrivant des mots en arabe sur les murs. Chers collègues, ce roman est absolument chronophage. Il m’a été impossible de le lâcher avant de l’avoir terminé. Un thème d’actualité qui fait réfléchir. Et une belle histoire d’amour d’adolescents que des événements tragiques ont rapproché. A lire !

A savoir :

  • Le premier roman : Décollage immédiat (mai 2012), propose d’autres aventures de Lana Blum, mais il est possible de lire Nuit blanche au lycée sans avoir lu le premier tome. Quelques références sont citées mais rien qui soit nécessaire à la compréhension de l’intrigue.
  • Guide Vigilance attentat : les bons réflexes, proposé par l’éducation nationale.

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

Ma note :  19/20

Les carnets de Cerise – Tome 1, J.Chamblain & A.Neyret

couv_171787

Résumé :

« Il était une fois… Quand j’étais petite, je me suis fait la promesse que si un jour, j’avais un journal intime, il commencerait comme ça. Il était une fois… ben moi, Cerise ! J’ai dix ans et demi et mon rêve, c’est de devenir romancière. Mon truc à moi pour raconter des histoires, c’est d’observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets. On a tous un secret enfoui que l’on ne dit pas, qui fait de nous ce que nous sommes…
En ce moment, avec les copines, on observe quelqu’un de vraiment mystérieux… » (Editions Soleil 2012)

Mon avis :

Que peut-il se cacher dans le journal intime d’une petite fille de 11 ans ? Cette couverture nous donne un petit aperçu d’un univers d’adolescente quelque peu aventurière. Et bien la BD c’est tout à fait ça, mais pas que. J’ai attendu plusieurs semaines avant de me plonger dans les aventures de cette héroïne fruitée ; peut-être avais-je envie de la découvrir avec une réelle curiosité plutôt que par la publicité qui en est faite. Et bien encore une fois, j’en suis plus que ravie. D’une part, l’idée est brillante. Retranscrire en BD les écrits narratifs d’une adolescentes, avec une écriture soignée et des pages de cahiers submergés de dessins et commentaires, c’est très agréable à lire. Les dessins sont merveilleux et les photos que prend sa meilleure amie sont quasi vraisemblables, on dirait des vraies ! Et que dire des animaux du zoo… De merveilleux chefs-d’oeuvre. Pour l’instant, je n’ai lu que le tome 1 ; celui où les trois copines sont sur les traces d’un mystérieux individu qui a l’air de mener une existence cachée dans la forêt. Leur but sera de découvrir pourquoi… L’histoire est magnifique et fait rêver, on ne pouvait pas espérer mieux d’un tome 1. J’ai l’impression cependant (à en feuilleter le tome 2) que chaque tome a une aventure bien particulière, et que seuls les personnages verront une continuité dans la narration, mais pas les aventures à proprement parler. Autrement dit, chaque tome devrait nous épater encore un peu plus ! Bref, j’ai mis longtemps avant de me lancer dans cette lecture fortement conseillée par les médias, mais j’en comprends aujourd’hui la raison, cette BD est géniale !

Les petits + de la doc : 

La bande dessinée Les carnets de Cerise est une superbe découverte, et convient dès le collège, même un peu avant. J’ai hâte d’en savoir plus sur les aventure de Cerise, qui sont loin d’être des préoccupations seulement niaises et girly, comme on s’attend à en voir la couverture. Chers collègues, n’hésitez pas à proposer cette BD au CDI, ils se plongeront forcément dans cette BD à succès et vous demanderont, à coup sûr, la suite de ses aventures. Cette BD peut aussi apporter des pistes de réflexion sur l’amitié, mais aussi la transmission intergénérationnelle ou encore le mystère et l’enquête.

A savoir :

  • Une double page blanche est proposée à la fin de la BD pour que le lecteur dessine ses plus beaux croquis.
  • Le blog d’Aurélie Neyret.
  • Un super dossier pédagogique sur la BD, où figure les Carnets de Cerise : proposé par le Festival NormandieBulle.
  • Actuellement 4 tomes.

 Le roman a obtenu : Prix Jeunesse de la BD 2013

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

3235999345_2_7_vjbb01qacerise__p5planchea_171787

Ma note :  19/20

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous, Nathalie Stragier

97827485206510-3131554-205x300

Résumé :

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous…
…Parce que pour elle, votre monde ressemble au Moyen Age.

…Parce qu’elle sera envahissante, agaçante, imprévisible.

…Mais surtout, parce qu’elle détient
un secret terrible. Et c’est à vous qu’elle va le confier. (Editions Syros 2016)

Mon avis :

Un bon moment de plaisir à la lecture de cette comédie surprenante ! Je me suis lancée dans cette lecture avec quelques a priori quant au thème : une fille qui revient du futur, ouais, est-ce que je vais réussir à me prendre au jeu ? Et bien finalement, on s’attache tellement aux deux adolescentes et à leur quotidien pour « brouiller les pistes », qu’on en oublierait presque que c’est invraisemblable (enfin, je crois?). Andréa qui mène une existence paisible avec des envies de voyages et d’indépendance, face à Pénélope, une adolescente décalée qui amène tous les regards sur elle ; un beau duo pour des aventures surprenantes ! Les deux points de vue des adolescentes (une née en 2171 et l’autre vivant en 2019) est un bon moyen d’établir avec humour une critique de certains points négatifs de notre société actuelle, et surtout l’absurdité des résolutions prises dans le futur, mêlant utopie et contre-utopie avec finesse. Ce qui est génial dans cette histoire, c’est qu’elle se passe en 2019 (déjà le futur donc pour nous), et qu’une élève du futur (de 2187 cette fois), s’y rend pour une épreuve du bac ; donc en plus d’expliquer comment la Terre se porte au XXIIème siècle, on apprend des événements qui se sont passés entre 2016 et 2019, enfin qui vont se passer, puisque l’époque de narration est en 2019 qui aura été une année déterminante dans l’Histoire du monde entier (tout le monde me suit bien, évidemment!). C’était, j’imagine, une difficulté en plus pour Nathalie Stragier de ne pas s’embrouiller dans toutes ces époques… On peut quand même dire que ce roman se divise en deux parties clairement distinctes : avec une première partie plus rigolote, et une seconde partie plus angoissante ! Mais l’auteur a vraiment trouvé de superbes anecdotes pour justifier ce jeu avec le présent et le futur et j’ai adoré les clins d’œil à notre histoire que l’on connaît si bien et avec laquelle elle s’est amusé tout au long du roman ! En bref, un roman que je conseille, avec de l’humour, de l’amour comme il faut, du suspens et de la folie féministe à outrance, un régal !!

Les petits + de la doc : 

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous convient dès le collège. Et si vous aimez l’Histoire (avec un grand H), vous allez adorer l’habileté avec laquelle l’auteur l’a détournée, et surtout l’incroyable vraisemblance des faits imaginés (oui, j’ai envie de croire aux voyages dans le temps!). Chers collègues, n’hésitez plus à le proposer en rayons, certains petits lecteurs vous surprendront à lire ce gros pavé passionnant, amusant et original ! Un superbe roman d’anticipation !

A savoir :

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

Ma note :  16/20

Hunger Games Tome 1, Suzanne Collins

Résumé :

Les Jeux de la Faim ; 24 candidats pour un seul survivant, le tout sous le feu des caméras ?
Dans chaque district de Panem, une société reconstruite sur les ruines des États-Unis, deux adolescents sont choisis pour participer au Jeu de la Faim. La règle est simple : tuer ou se faire tuer. Celui qui remporte l’épreuve, le dernier survivant, assure la prospérité à son district pendant un an.
Katniss et Peeta sont les « élus » du district numéro douze. Les voilà catapultés dans un décor violent, semé de pièges, où la nourriture est rationnée et, en plus, ils doivent remporter les votes de ceux qui les observent derrière leur télé…
Les alliances se font et se défont et Peeta déclare sa flamme pour Katniss à l’antenne. Calcul? Tout est possible, et surtout tout est faussé au sein du Jeu de la Faim… (Editions Pocket Jeunesse 2009)

Mon avis :

Agréablement surprise par ce best-seller ! Les ados l’adorent et j’ai pu comprendre pourquoi… D’une part c’est incroyable comme on s’identifie à l’héroïne ! Sa rébellion envers des jeux plus cruels que justes nous touche au point qu’à chaque page on a peur de ce qui va arriver. On ne peut que se demander si à sa place on ferait preuve de tant de courage ! Car il n’est question dans ce roman que de survie, ce qui paraît invraisemblable pour une ados si jeune et si fragile. En ce qui concerne l’univers, même si ce thème de mettre des vies en spectacle est déjà vu et peu croyable dans la vraie vie, on rentre parfaitement dans ce dilemme que vivent ces familles chaque année. De plus il pose question de l’utilité de ces télé-réalités de l’extrême et surtout de la manipulation des médias corrompus, ce qui peut être intéressant pour les jeunes à l’heure actuelle. Les péripéties, aussi impressionnantes soient-elles, sont si bien décrites qu’on les croirait vraisemblables. Malgré une couverture qui donne l’impression d’un roman fantastique à souhait, avec peu de réalisme, c’est tout le contraire que l’on aperçoit entre les lignes. On ne veut pas croire à tant d’atrocité mais on vit cependant l’angoisse et l’effroi au même titre que les héros. Voilà ce qui m’a plu dans ce roman, le florilège d’émotions qui nous traversent du début à la fin (et je n’ai lu que le tome 1 pour l’instant!!). Je ne regrette absolument pas ma lecture et la conseille à tous les amoureux de suspense ! Des aventures surprenantes et toujours plus impressionnantes les unes les autres, sans oublier la peur, mais aussi l’amour et l’amitié, qui nous font passer de supers moments de lecture (bien trop court, malheureusement!)…

Les petits + de la doc : 

Hunger games convient dès le collège. Il plaira aux amoureux d’aventures, de suspense, mais aussi de sincérité et de courage. Il peut également illustrer une critique de la télé-réalité et de la censure ou corruption des médias. Chers collègues, n’hésitez plus à le proposer en rayons, certains petits lecteurs vous surprendront à lire ce gros pavé passionnant !

A savoir :

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

Ma note :  19/20

Je suis une légende, Richard Matheson

Résumé :

Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l’abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie.
Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil… Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu’aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme. Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l’ultime survivant d’une espèce désormais légendaire. (Editions Folio SF 2015)

Mon avis :

Ce roman, vieux de plus d’un demi-siècle, reste, à l’écho du titre, une véritable légende ! Robert Neville, un homme ordinaire, doit combattre contre un virus qui a transformé tous les humains en vampires. Lui, mordu par une chauve-souris vampire des années auparavant, est immunisé de ce terrible fléau. Chaque jour, les vampires se cachent pour éviter la lumière, pendant que lui, dernier homme, barricade sa maison car la nuit les vampires l’assiègent pour tuer le dernier survivant. Ce roman, même s’il aborde un thème relayé des milliers de fois en littérature, le fait à mon sens le mieux. On rentre dans les angoisses de cet homme qui chaque nuit pleure sa femme et son enfant en mettant la musique à fond pour ne pas entendre les vampires qui s’acharnent sur sa maison. Et chaque matin, indubitablement, quand le soleil s’est levé, il doit constater les dégâts et les réparer avant que la nuit ne tombe. Il part aussi quelques fois en quête de nourriture ou d’essence pour sa voiture, tout en tuant un maximum de vampires endormis qu’il croise sur son passage, en leur enfonçant un pieux dans le coeur. Sa solitude, son désespoir et sa rage sont des moteurs pour l’intrigue. On ne cesse d’avoir peur pour lui, tout en souhaitant que cela finisse vite, les vampires étant en grand nombre contre lui seul, un combat vain. Puis un jour un espoir, une femme marche dans les rues en plein jour. Cette femme qui ne peut pas être un vampire, est un rayon de soleil pour cet homme si seul et malheureux. Qui est-elle vraiment ? Va-t-elle pouvoir l’aider? Sont-ils plusieurs survivants ? Un roman haletant qu’il est impossible de lâcher avant la fin !

Les petits + de la doc : 

Je suis une légende convient dès le collège. Même s’il reste un roman de science fiction angoissant, c’est un thème que les élèves connaissent à travers des sagas à succès. Il est bien sûr beaucoup moins question d’histoire d’amour interdit mais plus de survie face à ce déluge. Chers collègues, les élèves connaissent parfois le film sans jamais avoir entendu parler du livre qui est pourtant un chef d’oeuvre de 1954. La lecture n’en reste pas moins agréable grâce à une traduction moderne qui redonne du pouvoir à cette oeuvre.

A savoir :

  • Adaptations cinématographiques : – 1964 : Je suis une légende (L’ultimo uomo della Terra, The Last Man on Earth) avec Vincent Price. – 1971 : Le Survivant (The Omega Man), avec Charlton Heston et Anthony Zerbe. – 2007 : Je suis une légende (I Am Legend), film américain de Francis Lawrence avec Will Smith. – 2007 : I Am Omega (DTV), film américain de Griff Furst avec Mark Dacascos.
  • Bande annonce de l’adaptation de 2007.

 A obtenu : Prix Bram Stoker, prix spécial, 2012

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

Ma note :  17/20

Les petites reines, Clémentine Beauvais

Résumé :

À cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le « concours de boudins » de leur collège de Bourg-en-Bresse. Les trois découvrent alors que leurs destins s’entrecroisent en une date et un lieu précis : Paris, l’Élysée, le 14 juillet. L’été des « trois Boudins » est donc tout tracé : destination la fameuse garden-party de l’Élysée !!! Et tant qu’à monter à Paris, autant le faire à vélo – comme vendeuses ambulantes de boudin, tiens ! Ce qu’elles n’avaient pas prévu, c’est que leur périple attire l’attention des médias… jusqu’à ce qu’elles deviennent célèbres !!! Entre galères, disputes, rigolades et remises en question, les trois filles dévalent les routes de France, dévorent ses fromages, s’invitent dans ses châteaux et ses bals au fil de leur odyssée. En vie, vraiment. (Editions Sarbacane 2015)

Mon avis :

Une idée plutôt innovante : mettre à l’honneur les trois filles décrétées « boudins de l’année » du lycée de Bourg-en-Bresse à travers leur épopée abracadabrantesque vers la capitale.  Elles vont se retrouver en Une de tous les journaux, mais pas pour leur physique hors-norme… Mireille, qui fait partie du podium depuis la troisième année consécutive se voit perdre deux places et passe de « boudin d’or » à « boudin de bronze ». Mais qui sont celles qui l’ont dépassée ? Comment vivent-elles cet absurde concours ? Mireille elle, c’est avec énormément d’humour et d’auto-dérision qu’elle prend la chose. Mieux, ce concours lui donne des ailes… Ce qui me plait particulièrement dans ce roman, c’est qu’en lisant la quatrième de couverture on est profondément outré de cette méchanceté gratuite de la part de Malo, l’organisateur du concours de « boudins » sur Facebook, mais dès les premières pages on est plongé dans un univers d’humour (à m’en faire éclater de rire), puis ensuite on est pris en affection pour ces trois adolescentes à qui on ne fait pas de cadeau, donc vient la compassion, pour amener la rébellion et le soutien qu’on leur porte en suivant leurs aventures, qui se transforme en joie, en fierté, mais apparaît aussi la peur quelque fois, le dégoût (pour les actes de malveillance dont on leur fait preuve), et enfin le bonheur, simplement. C’est le premier roman qui me fait vivre autant d’émotion en si peu de temps… J’ai adoré la bonne humeur de Mireille et surtout la belle revanche qu’elles ont prise, un bon moment de plaisir !

Les petits + de la doc : 

Les petites reines convient dès le collège à mon sens, car même si Mireille est une grande philosophe et poète, elle reste une adolescente qui confie ses doutes et ses émotions, donc compréhensible pour les collégiens. Il permet d’aborder la différence mais aussi l’acceptation de soi quand on est entre adolescents. Chers collègues, n’hésitez plus, les élèves vont adorer, de l’aventure, de l’humour, de l’amour, beaucoup de remise en question et de bonne humeur. Un florilège d’émotion pour une fin qui nous fait du bien !

A savoir :

  • Voici la Bande-son qui accompagne le roman !
  • Les droits d’adaptation cinématographique ont été vendus à Lionceau Film
  • L’adaptation théâtrale, mise en scène par Justine Heynemann, débutera en 2017.
  • Présentation du roman en Vidéo sur France 2.

 A obtenu : Prix meilleur livre jeunesse de 2015 par le magazine Lire, Prix Sorcières 2016, Prix Libr’Anous ados 2015, Prix Millepages, Prix NRP, Nominé Prix des Incorruptibles 2017, Liste d’honneur IBBY International 2015, représentant la France dans la catégorie ‘Ecriture’.

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

Ma note :  18/20

Les fragmentés tome 1, Neal Shusterman

Résumé :

Dans une société traumatisée par la Seconde Guerre civile, la charte de la vie vient d’être signée. Elle stipule que l’on peut « fragmenter » un adolescent âgé de treize à dix-huit ans. La fragmentation consiste à « résilier » un enfant rétroactivement sans y mettre techniquement fin.

Connor, Risa et Lev se retrouvent tous les trois sur la liste fatale. Leur seule échappatoire : fuir, se cacher, survivre alors qu’ils sont traqués par les Frags, la police des fragmentés.

Thriller d’anticipation original et rythmé, ce roman initiatique de Neal Shusterman propose une réflexion intelligente sur l’indépendance et la quête de soi. (Editions du Masque MSK 2013)

Mon avis :

Avec une intrigue aussi prometteuse, je n’ai pas du tout été déçue à la fin de cette lecture. J’avais envie depuis longtemps d’un roman futuriste où les personnages principaux étaient des adolescents. Mais cette société évoluée n’est-elle pas devenue une société cruelle et injuste? Avec tous les points de la dystopie, ce roman nous envoie dans le monde où les adolescents, s’ils sont trop casse-coups et réfractaires, sont fragmentés. Autrement dit, une sorte de mise à mort où 100% du corps est récupéré pour assurer les dons d’organes. Ainsi, ils revivent entièrement, mais aux quatre coins de la terre, dans un état divisé… Mais certains vont vouloir échapper à ce triste sort ! C’est donc un roman qui devient aussi épique qu’angoissant. En un mot : génial !

Les petits + de la doc : 

Les fragmentés convient dès le collège car la lecture est très fluide, les chapitres sont courts, et le livre est divisé en plusieurs parties qui correspondent à la vision des trois adolescents en fuite, et leur manière de s’en sortir à chacun. On s’attache énormément aux personnages et au sort qui leur est réservé. La psychologie des personnages est très bien développée et ils se distinguent tous les trois et sont très différents, il est donc facile de s’identifier à l’un ou à l’autre. Chers collègues, n’hésitez plus, vous pouvez aborder, par cette oeuvre, la notion de dystopie, en passant par l’amitié, l’amour, mais l’injustice et la survie.

A savoir :

  • 4 tomes : Les fragmentés, Les déconnectés, Les éclairés, Les libérés.
  • Histoire très bien ficelée qui peut plaire à un large public : adultes, n’hésitez plus !

Ma note :  18/20

[Série] Tueurs de mamans, Zidrou & Benoit Ers

Résumé :

Béatriz, Marie, Valentine, Kom Piu et Toronto sont cinq ados qui se retrouvent régulièrement dans leur cachette secrète : la chapelle désaffectée de leur école. Ce qui les a rapprochées, c’est une caractéristique commune : l’absence de père à la maison. Du coup, même si elles adorent leurs mères, elles ont, comme tout ado qui se respecte, des tonnes de reproches à leur faire.
Un jour, elles tombent par hasard sur un site de « punisseurs » qui propose de châtier les parents pas cool. Par jeu, elles passent commande.
Mais les punitions commencent à arriver réellement. De la plus anodine à la plus grave…
Paniquées, les cinq filles vont commencer une course contre la montre pour essayer de protéger leurs mères de la folie vengeresse de ces mystérieux « justiciers » ! (Editions Dupuis 2013)

Mon avis :

J’ai adoré ces deux tomes. On est plongé dans l’univers d’adolescentes qui en ont marre de leurs parents mais surtout de l’autorité parentale. Elles se réunissent dans un coin secret de leur bahut et discutent de leurs tracas d’adolescentes (rien d’extraordinaire jusque là). Mais ces adolescentes sont aussi des jeunes connectées et surfent souvent sur le net. Mais à la découverte d’un site qui se propose de punir les parents, les filles jouent le jeu et enregistrent leurs punitions. Mais elles ne s’attendaient pas à ce que ces punitions se réalisent… Suspense, mystère, angoisses… GENIAL !

Les petits + de la doc : 

Ces BD s’adressent à des adolescents dès le collège et abordent un thème important qui est le danger d’internet. Elles n’ont en aucun cas le rôle d’être moralisatrices, elles énoncent simplement des faits et l’idée peut faire seule son chemin dans l’esprit de l’adolescent. Chers collègues, n’hésitez pas à proposer ces BD au CDI, mais je dirai qu’elles conviennent plus au collège pour son ton enfantin, et même fin de primaire !

A savoir :

Ma note :  16/20

[Série] Hell School, Benoit Ers & Dugomier

Résumé :

Située sur une petite île française, l’école de l’excellence est un établissement ultra-privé extrêmement rétrograde, dont les résultats ne sont plus à démontrer – le cauchemar de tout adolescent normalement constitué. Ainsi, le simple refus de Bastien, Hina et Boris de participer au bizutage suffira à les mettre au ban de toute vie sociale… ce qui leur laissera tout le temps d’enquêter sur les bizarreries de cette « École-Prison », comme la scolarisation gratuite des orphelins, ou les décès qui ont frappé ces mêmes orphelins au cours des dernières années ! (Editions Le Lombard 2013)

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce premier tome. Trois ados dits « rebelles » vont être pris dans quelque chose de bien plus grand que leurs rebellions d’adolescents. On va vivre dans le quotidien de ces adolescents, un quotidien fait de rencontres, d’amour mais aussi de détresse. Et surtout, plein de mystères autour de pratiques interdites ailleurs mais maintenues dans cette école qui se trouve pourtant sur une île paradisiaque… Un début de série qui pose beaucoup de questions et qui donne envie de lire la suite.

Les petits + de la doc : 

Ces BD s’adressent à des adolescents dès le collège et abordent les thèmes de bizutage, d’exclusion mais aussi du danger de la conspiration d’une école beaucoup trop stricte. Chers collègues, n’hésitez pas à proposer ces BD au CDI, succès garanti !

A savoir :

hell_2

Ma note :  17/20