[Série] Tueurs de mamans, Zidrou & Benoit Ers

Résumé :

Béatriz, Marie, Valentine, Kom Piu et Toronto sont cinq ados qui se retrouvent régulièrement dans leur cachette secrète : la chapelle désaffectée de leur école. Ce qui les a rapprochées, c’est une caractéristique commune : l’absence de père à la maison. Du coup, même si elles adorent leurs mères, elles ont, comme tout ado qui se respecte, des tonnes de reproches à leur faire.
Un jour, elles tombent par hasard sur un site de « punisseurs » qui propose de châtier les parents pas cool. Par jeu, elles passent commande.
Mais les punitions commencent à arriver réellement. De la plus anodine à la plus grave…
Paniquées, les cinq filles vont commencer une course contre la montre pour essayer de protéger leurs mères de la folie vengeresse de ces mystérieux « justiciers » ! (Editions Dupuis 2013)

Mon avis :

J’ai adoré ces deux tomes. On est plongé dans l’univers d’adolescentes qui en ont marre de leurs parents mais surtout de l’autorité parentale. Elles se réunissent dans un coin secret de leur bahut et discutent de leurs tracas d’adolescentes (rien d’extraordinaire jusque là). Mais ces adolescentes sont aussi des jeunes connectées et surfent souvent sur le net. Mais à la découverte d’un site qui se propose de punir les parents, les filles jouent le jeu et enregistrent leurs punitions. Mais elles ne s’attendaient pas à ce que ces punitions se réalisent… Suspense, mystère, angoisses… GENIAL !

Les petits + de la doc : 

Ces BD s’adressent à des adolescents dès le collège et abordent un thème important qui est le danger d’internet. Elles n’ont en aucun cas le rôle d’être moralisatrices, elles énoncent simplement des faits et l’idée peut faire seule son chemin dans l’esprit de l’adolescent. Chers collègues, n’hésitez pas à proposer ces BD au CDI, mais je dirai qu’elles conviennent plus au collège pour son ton enfantin, et même fin de primaire !

A savoir :

Ma note :  16/20

Publicités

[Série] Hell School, Benoit Ers & Dugomier

Résumé :

Située sur une petite île française, l’école de l’excellence est un établissement ultra-privé extrêmement rétrograde, dont les résultats ne sont plus à démontrer – le cauchemar de tout adolescent normalement constitué. Ainsi, le simple refus de Bastien, Hina et Boris de participer au bizutage suffira à les mettre au ban de toute vie sociale… ce qui leur laissera tout le temps d’enquêter sur les bizarreries de cette « École-Prison », comme la scolarisation gratuite des orphelins, ou les décès qui ont frappé ces mêmes orphelins au cours des dernières années ! (Editions Le Lombard 2013)

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce premier tome. Trois ados dits « rebelles » vont être pris dans quelque chose de bien plus grand que leurs rebellions d’adolescents. On va vivre dans le quotidien de ces adolescents, un quotidien fait de rencontres, d’amour mais aussi de détresse. Et surtout, plein de mystères autour de pratiques interdites ailleurs mais maintenues dans cette école qui se trouve pourtant sur une île paradisiaque… Un début de série qui pose beaucoup de questions et qui donne envie de lire la suite.

Les petits + de la doc : 

Ces BD s’adressent à des adolescents dès le collège et abordent les thèmes de bizutage, d’exclusion mais aussi du danger de la conspiration d’une école beaucoup trop stricte. Chers collègues, n’hésitez pas à proposer ces BD au CDI, succès garanti !

A savoir :

hell_2

Ma note :  17/20

Brise Glace, Jean-Philippe Blondel

Résumé :

Aurélien, nouveau dans son lycée, est du genre solitaire qui n’aspire qu’à se fondre dans le décor. Pourtant, un garçon de sa classe, Thibaud, semble s’intéresser particulièrement à lui ; il convainc même Aurélien de participer à une soirée slam. Dans la pulsation des mots, Aurélien arrive enfin à faire craquer la glace qui l’enserre ; il commence à se libérer du poids d’un passé douloureux. (Editions Actes Sud 2011)

Mon avis :

Ce roman m’a bouleversée. Je l’ai dévoré en deux heures sans m’arrêter. Aurélien nous prend aux tripes par ses considérations de la vie. Il est noyé sous une eau trouble et on n’a qu’une envie, le voir remonter à la surface. L’écriture est géniale et une intrigue emplie de poésie. La confiance qui lie les deux adolescents est touchante et les mots sont justes et sincères. On espère qu’Aurélien, renfermé sur lui même à cause d’un lourd secret, trouvera la force de briser la glace qui l’entoure…

Les petits + de la doc : 

Brise Glace convient aux adolescents dès le collège (quarième-troisième). Il aborde les thématiques du deuil, du secret, de la culpabilité et l‘amitiéChers collègues, n’hésitez pas à proposer ce roman fort et captivant !

A savoir :

Ma note :  19/20

Wonder, R.J. Palacio

Résumé :

« Je m’appelle August.

Je ne me décrirai pas.

Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire.

Né avec une malformation faciale, Auggie n’est jamais allé à l’école.

A présent, pour la première fois, il va être envoyé dans un vrai collège…

Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux, malgré tout ?

Ne jugez pas
un livre garçon
à sa couverture son apparence » (Editions Pocket 2013)

Mon avis :

Ce roman est une belle leçon de tolérance. On se retrouve plongé dans la vie d’August, jeune garçon qui rentre au collège. Mais August est bien loin des préoccupations des enfants de son âge. Il n’a pas seulement peur de se perdre dans ce grand collège, ni de ne pas se faire d’amis, ou encore de renverser son plateau à la cantine. Ce dont il a peur, c’est qu’on le regarde, lui et son visage biscornu, difforme à cause d’un syndrome rare. Il sait qu’on se moquera de lui, pire, que personne ne voudra lui parler, le toucher… Il a longtemps hésité avant de faire cette rentrée, et le voilà le jour J. J’ai adoré ce roman par son ode à la tolérance, mais aussi à la difficulté d’exister par ce que l’on est plutôt que par ce que l’on paraît. J’ai été triste de quitter August et tous les autres, c’est pour cela que je vous le conseille ! Sublime !

Les petits + de la doc : 

Wonder convient dès 10 ans car la lecture est très fluide, les chapitres sont courts, et le livre est divisé en plusieurs parties qui correspondent à la vision de chaque personnage de l’histoire, ce qui fait qu’on a différentes voix qui partagent leurs différents points de vue sur un même événement. Chers collègues, n’hésitez plus, vous pouvez aborder, par cette oeuvre, la notion d’altruisme, de tolérance, de respect mais aussi celle de la différence.

A savoir :

  • Est désigné Best Seller par les éditions Pocket.
  • A obtenu le grand prix des lecteurs du Journal de Mickey 2013
  • Ici le movie trailer du livre
  • Sur son site, l’auteur nous propose des questions pour aller plus loin avec les élèves (mais seulement en anglais)

Ma note :  19/20

Sweet sixteen, Annelise Heurtier

Résumé :

Rentrée 1957.
Le plus prestigieux lycée de l’Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à des étudiants noirs. Ils sont neuf à tenter l’aventure. Ils sont deux mille cinq cents, prêts à tout pour les en empêcher.

Cette histoire est inspirée de faits réels. (Edititions Casterman 2013)

Mon avis :

Ce roman est brillamment juste dans les faits qu’il dénonce. Par le quotidien de deux adolescentes que tout oppose (une noire et une blanche, à l’époque de la ségrégation), il retranscrit avec brio les émotions que peuvent ressentir ces adolescents qui ont tenté l’impossible en 1957 : faire leur rentrée dans un lycée prestigieux de blancs (alors qu’à cette époque les blancs et les noirs étaient clairement séparés : toilettes pour noirs, restaurants pour noirs, écoles pour noirs…). Très beau livre d’hymne à la tolérance et au courage !

Les petits + de la doc : 

Sweet sixteen  convient aux adolescents dès le collège (quatrième-troisième) et illustre parfaitement le thème de la ségrégation des noirs. Chers collègues, n’hésitez pas à le proposer à vos élèves pour aborder le racisme ou la tolérance, ou plus historiquement la traite des noirs à cette époque. Il reste très abordable par les élèves auxquels les voix des deux adolescentes leur font écho par leurs préoccupations telles la mode, mais aussi le regard des autres, et la popularité.

A savoir :

  • Prix NRP 2013/2014
  • Prix de la librairie Honoré 2013
  • Prix de la ville de Loudéac et de la Cidéral 2014
  • L’expression « sweet sixteen » désigne en Amérique le seizième anniversaire de la vie d’une jeune femme.

Ma note :  17/20

[Série] Klaw, Antoine Ozanam & Joël Jurion

Résumé :

Depuis ses 10 ans, Ange Tomassini traîne un lourd secret : quand il est menacé, il lui arrive de se transformer en homme-tigre, pour un résultat sanglant… Mais rien n’est avéré, et le jeune homme ignore qu’en réalité, si tous le craignent, c’est parce que son père est l’un des plus gros mafieux de la ville. Il lui reste beaucoup à apprendre sur sa « Famiglia », et sur Dan, son mystérieux garde du corps… (Editions Le Lombard, 2013)

Mon avis :

L’intrigue est surprenante et les dessins sont magnifiques ! On se prend au jeu du frisson et on a envie de découvrir tous les mystères qui entourent la famille d’Ange… Un suspense haletant et un scénario qui tient la route avec un personnage principal attachant par ses doutes, ses peurs mais qui fait preuve de courage et de détermination : un vrai héros pour les ados !

Les petits + de la doc : 

Ces BD s’adressent à des collégiens qui aiment le fantastique et les aventures frissonnantes d’un ado mal dans sa peau. Chers collègues, n’hésitez pas à proposer ces BD dans vos rayons, les ados les adorent !

A savoir :

  • 5 tomes actuellement
  • Bande annonce de la BD :

Ma note :  15/20

[Trilogie] Les Autodafeurs, Marine Carteron

Résumé :

A la mort de son père, Auguste part avec sa famille s’installer chez les grands-parents à la campagne. Mais ce qui s’annonçait comme un retour aux sources, se change en une aventure vertigineuse…
Car, au détour d’une conversation, Auguste apprend qu’il n’y a jamais eu « d’accident ». Son père a été assassiné par une mystérieuse société secrète, les Autodafeurs.
Leur but ? Le contrôle du savoir et la main mise sur sa forme la plus ancienne : Les livres….
Leur seul adversaire ? La Confrérie?
Son père en faisait partie et Auguste doit prendre la relève. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’il va mettre les deux pieds dans un complot d’envergure internationale.
Heureusement pour lui, sa petite sœur autiste, Césarine, a décidé de s’occuper de tout ça… (Editions du Rouergue 2014)

Mon avis :

Ce roman est tout simplement génial ! Mon COUP DE CŒUR en littérature jeunesse ! Cette trilogie mêle romance, action, histoire, suspense, et humour. On est transporté dans l’aventure d’Auguste pour comprendre pourquoi son père a été assassiné. Entre secret de famille et complot international, le quotidien de cet adolescent est bouleversé. Une intrigue bien ficelée autour d’un seul objet précieux : le livre, que les personnages vont tenter de sauvegarder ! Les chapitres s’alternent entre récit raconté par Auguste, et récit raconté par sa sœur, qui se révèlent être une sorte de journaux intimes où tous deux livrent leurs peurs et leurs doutes. L’histoire tient vraiment la route et on s’attache aux personnages. J’ai lu les trois tomes à un an d’intervalle et je n’ai jamais eu de mal à me souvenir des personnages qui laissent une trace indélébile. Je le recommande !!

Les petits + de la doc : 

Les Autodafeurs convient dès le collège (quatrième-troisième). Un scénario haletant qui devrait séduire n’importe quel adepte des romans à rebondissements. De plus, ce roman est profond et intelligent, avec des adolescents qui mûrissent, qui apprennent de la vie, une vraie leçon de vie ! Chers collègues, n’hésitez plus, cette trilogie DOIT être dans vos rayons !

A savoir :

  • Les collégiens l’adorent, alors empressez-vous de l’acheter !
  • Anecdote : Marine Carteron, professeur de français, a écrit Les Audodafeurs après que son fils lui ait affirmé arrêter de lire après Harry Potter, car rien ne pouvait être mieux. Prenant cette annonce comme un défi, elle décide d’écrire un roman rien que pour lui.

Ma note :  20/20

Un super bonus

Ci-dessous, le commentaire de l’auteur en personne sur ma chronique, je suis RA-VIIIE ! Merci encore Marine Carteron !!

commentaire marine carteron

[Série] Zombillénium, Arthur de Pins

Résumé :

Francis von Bloodt, vampire de son état, gère en bon père de famille le parc d’attractions Zombillénium. On n’embauche pas n’importe qui, chez Zombillénium : les simples mortels n’ont qu’à passer leur chemin, ici on ne travaille qu’avec d’authentiques loups-garous, vampires et momies. C’est ce que va découvrir Aurélien, un homme au bout du rouleau, trompé par sa femme ; et qui va se retrouver embauché malgré lui dans cette étrange entreprise. Gretchen, sorcière stagiaire, va l’aider à faire ses premiers pas… (Editions Dupuis 2010)

Mon avis :

Bien que les zombis et autres loups-garous soient adorés par les ados, cette série est très loin du cliché de ces héros fantastiques. Ces créatures ne sont plus de simples méchants, mais des employés d’un parc d’attraction dont le but est d’effrayer les spectateurs avides de sensations fortes. Cohabitation, problèmes de hiérarchie, chiffre d’affaire et contrat à durée indéterminée (ou plutôt pour l’éternité), amènent des problématiques réalistes à cette intrigue à première vue loufoque. Les dessins sont superbes et quelque chose de profond se dégage du personnage principal et rend cette histoire intelligente. Cette série est surprenante par son humour et à la fois sa sincérité.

Les petits + de la doc : 

Ces BD s’adressent à des adolescents dès le collège et ils en sont férus ! Chers collègues, si ces BD ne sont toujours pas dans vos rayons, ne perdez plus de temps !

A savoir :

Ma note :  16/20

Pixel noir, Jeanne-A Debats

Résumé :

Pixel est un adolescent solitaire et un crack en informatique. Après un grave accident, son esprit est plongé dans un Virtuel de Repos tandis que son corps est aux mains des médecins. Ce Virtuel est censé prendre la forme d’un campus universitaire dans lequel évoluent les avatars des malades, mais à son arrivée, Pixel découvre un monde sans adultes, sous la coupe d’un ado avide de pouvoir. Et ce n’est pas tout : l’environnement se détraque, il neige en plein été, les journées s’allongent démesurément… Le Virtuel de Repos est en proie à un bug qui risque d’entraîner leur vraie mort à tous. (Editions Syros 2014)

Mon avis :

Cet univers est époustouflant ! L’idée qu’il existe une sorte de monde parallèle dans lequel seraient envoyés les esprits des personnes dans le coma est formidable ! Pixel, le héros de cette histoire va découvrir que cette terre promise est tout sauf un havre de paix. Des adolescents orgueilleux ont pris possession de ce monde parallèle et le mènent à sa perte. Sans aucun adulte et sans aucun moyen de contacter le monde réel, Pixel va devoir se protéger des bugs engendrés par ce monde virtuel, et des mauvaises intentions de certains adolescents. Un roman aux allures de dystopie avec son lot de suspense, d’aventure et d’histoire sentimentale comme les ados les aiment ! Un régal !

Les petits + de la doc : 

Pixel Noir, même s’il se veut être une fiction, peut être un bon moyen d’amener le thème d’identité numérique avec les élèves, et surtout les dangers qu’encourent le monde virtuel. Chers collègues, n’hésitez donc pas à le proposer sur vos étagères !

A savoir :

  • Jeanne-A Debats a obtenu en 2008 Le Grand Prix de l’Imaginaire et Le Grand Prix de la Science-Fiction.
  • Roman clin d’oeil à Sa Majesté des mouches de William Golding (qui apparaît d’ailleurs dans l’histoire).

Ma note :  18/20

[Série] Seuls, Fabien Vehlmann

Résumé :

Ils sont cinq… mais ils sont seuls. Il y a d’abord, Yvan, 9 ans, l’artiste rigolo et carrément lâche. Il y a ensuite Leïla, 12 ans, la garçonne énergique et optimiste. Viennent ensuite Camille, 8 ans, la naïve généreuse et moralisatrice et Terry, 5 ans et demi, le gamin turbulent et attachant. Et puis, il y aussi Dodji, 10 ans, l’ours au grand coeur. Ces cinq enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s’est-il passé ? Où sont leurs parents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller… SEULS ! (Dupuis, 2006)

Mon avis :

Avec un thème parlant aux adolescents, cette série obtient un véritable succès auprès des jeunes. Quel adolescent n’a pas rêvé un jour de vivre dans un monde où les adultes n’existent plus ? Les aventures de ces héros, entre danger et liberté, provoquent une lecture haletante et passionnante. Peurs, rivalités, insécurité, mais aussi entraide et courage sont autant de sentiments que vont vivre ces adolescents. Je le conseille à tout adepte de suspense et d’aventures. Tous les tomes sont aussi surprenants les uns que les autres !

Les petits + de la doc : 

Ces BD s’adressent à des adolescents dès le collège et abordent le thème phare de la dystopie. Chers collègues, n’hésitez pas à proposer ces BD au CDI, succès garanti !

A savoir :

  • 9 tomes
  • Le jeu de la BD
  • le film de la série devrait sortir en 2016, réalisé par David Moreau

Ma note :  16/20