Max, Sarah Cohen-Scali

max

Résumé :

« 19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Führer. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l’on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l’enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans Loi. Sans rien d’autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d’aimer. Heil Hitler! »

Max est le prototype parfait du programme « Lebensborn » initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich. (Scripto 2012)

Mon avis :

C’est avec tristesse et amertume que je quitte Max et son histoire abominable. Je savais que j’allais être confrontée à quelque chose d’horrible, mais je ne pensais pas éprouver une telle affection pour un être si cruel, enfin qui est censé le devenir ! Car en effet, ce programme qui consiste à créer de toute pièce des Aryens « parfaits », a bel et bien existé. C’est là aussi l’énorme point positif de ce roman, c’est qu’il nous raconte quelque chose de réel, d’invraisemblable, avec des mots crus, des scènes barbares, mais qui se sont passées. Il dépeint l’Histoire, telle qu’elle s’est réalisée, avec des personnages qui ont existé, sans rien changer à cette période de guerre, en la relatant telle qu’elle s’est déroulée, aussi injuste que triste. Max, un enfant façonné dans un « moule à Aryen » dès sa naissance, doit apprendre à se battre, à haïr les juifs, à aimer la violence, à penser nazi, à vivre nazi, à être un nazi. Selon lui, il n’a qu’une mère, l’Allemagne, et qu’un père, le Führer ! A part que le cœur qui bat dans la poitrine de ce petit garçon est vivant et non robotisé, que sa tête bien faite (même si ses yeux sont bleus et ses cheveux blonds) est une tête qui pense, et que son corps, qui se veut si fort et robuste, souffre de douleurs quand survient l’abandon… Tant de sentiments contradictoires à ceux d’un nazi intraitable. Comment Max, l’avenir de la patrie allemande, va-t-il faire pour tenir son rôle de premier bébé créé par les nazis dans un lebensborn ? Même si nous connaissons l’issue de cette 2nde Guerre Mondiale, comment ce programme va-t-il évoluer après la défaite des allemands ? Que deviendront ces milliers de bébés ? Même si des questions restent aujourd’hui sans réponse, c’est avec Max que nous pouvons lever le voile sur tout un tas de points noirs de l’Histoire, mis à la lumière du jour grâce à l’incroyable Sarah Cohen-Scali qui a su dépeindre, de manière touchante, des faits d’une cruauté imparable. Il se veut à la fois touchant et choquant. Un cocktail détonnant impossible à lâcher.

Les petits + de la doc : 

Max est un roman assez dur, qui pourrait choquer les plus jeunes. A ne conseiller qu’à partir de la 4ème à mon sens car il comporte des scènes de viols ou d’assassinat choquantes. Chers collègues, ce roman est absolument génial et reflète avec force et exactitude les barbaries des nazis lors de la seconde Guerre Mondiale. Même si les faits relatés sont d’une violence extrême et que le comportement nazi fut un des épisodes les plus déplorables de l’Histoire ; le fait que ce soit un enfant nazi qui raconte donne une ambiance d’objectivité de l’auteur, qui donne à voir un peuple plus aveuglé par un régent charismatique plutôt qu’animé par la cruauté. A lire, à conseiller, à étudier, pour illustrer cette Guerre, les génocides et la xénophobie.

A savoir :

 A obtenu : Prix des Dévoreurs de livres 2014, pour les collégiens de 3ème ; Prix Passages 2014 ; Prix Tatoulu Noir 2014 ; Prix Sorcières 2013, catégorie Romans Ado ; Prix jeunesse des libraires du Québec, 2013.

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

Ma note :  20/20

Publicités

Pourquoi est-ce un chef-d’oeuvre?, Eyrolles

Informations :

Pourquoi est-ce un chef-d’œuvre ? C’est ce qu’explique cet ouvrage, en proposant une analyse inédite de 80 peintures et sculptures qui ont fait date dans l’histoire de l’art universel. Concise, précise et vivante, chacune des notices resitue l’oeuvre dans son contexte, dévoilant ainsi ce qui l’a rendue exceptionnelle. S’agit-il du sujet, de la composition, de la technique ? Ou bien plutôt du message, de la vision de l’artiste ? De Sandro Botticelli à Andy Warhol, en passant par Cézanne, Chagall et Hopper, ce livre conçu par des spécialistes nous invite dans les coulisses de la création, en redécouvrant l’ensemble de nos génies artistiques. (Editions Eyrolles 2013)

Mon avis :

Ce documentaire propose 80 tableaux et sculptures dont le succès n’est plus à prouver ! A travers une analyse pointue mais très accessible pour un non connaisseur d’art de par sa brièveté, il met la lumière sur les causes de leur succès. Chaque page d’explication se compose d’un bloc d’analyse de l’oeuvre en général, d’un bloc qui évoque la biographie de l’auteur de l’oeuvre, d’un bloc « citation » qui se rapproche soit directement de l’oeuvre soit de son auteur, d’un autre bloc plus informatif sur les dimensions, le lieu, ou encore les matériaux utilisés, et enfin un petit bloc bonus qui évoque d’autres oeuvres de l’auteur ou traitant du même sujet. De plus, il propose un code couleur qui répertorie les oeuvres dans leur mouvement artistique ou grandes pensées, ce qui facilite le lecteur dans ses recherches. Ce livre propose aussi un index alphabétique des musées dans lesquels se trouvent les oeuvres présentées, ainsi qu’un index des auteurs. Les grands mouvements répertoriés en couleur sont : l’expression, la beauté, le récit, le drame, l’érotisme, le réalisme, la forme, le mouvement, la déformation, le symbolisme. Il est indispensable pour se faire une idées des grandes oeuvres qui ont marqué l’histoire et les connaître plus en détail.

Les petits + de la doc : 

Pourquoi est-ce un chef-d’oeuvre? est un documentaire absolument approprié pour les élèves dans le sens où les analyses sont très brèves et très claires, et proposent des anecdotes faciles à exploiter pour les élèves. Chers collègues, il peut être d’une grande utilité pour l’histoire des arts ou le Parcours d’Education Artistique et Culturel.

A savoir :

  • Un index alphabétique des oeuvres est proposé à la fin.
  • Dans la même collection : 80 photographies expliquées.

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

13493314_681149478689991_1211830543_o

Ma note :  19/20

Les Drapeaux du monde expliqués aux enfants, La Martinière

Informations :

Savez-vous que les drapeaux des États ont chacun une histoire ? Leurs couleurs, leurs formes, leurs dessins n’ont pas été choisis au hasard. Emblème de l’unité d’un pays, un drapeau raconte souvent la longue histoire de son indépendance.
Alors, partez avec nous pour ce long voyage autour du monde, à travers la signification des 193 drapeaux des États indépendants.

Mon avis :

Ce documentaire est super bien réalisé et très attrayant pour les jeunes. Une page consacrée à chaque pays, avec l’illustration du drapeau et les explications des couleurs, du choix des symboles… De plus, sous chaque drapeau on peut découvrir la capitale du pays, à quel continent il appartient, sa monnaie, ses langues officielles, mais aussi sa superficie et son plus haut sommet… Autrement dit une description très complète, avec souvent des petites anecdotes pour accompagner l’histoire du drapeau.

Les petits + de la doc : 

Les Drapeaux du monde expliqués aux enfants propose des notions de géographie évidemment, mais aussi d’histoire et surtout de culture générale. Il est très accessible aussi bien par les petits que par les adolescents. Je le recommande vivement. Chers collègues, proposez-le dans vos rayons ! Il est à la fois attractif avec ses anecdotes sur les pays, mais aussi très pédagogique !

A savoir :

Ma note :  19/20

Editions Quelle Histoire

Informations :

L’objectif de Quelle Histoire est de rendre ludique l’apprentissage de l’Histoire et de permettre aux plus jeunes de fixer leurs connaissances en les invitant à la découverte du patrimoine culturel mondial. Un vrai partage d’expérience avec les plus grands !

Quelle Histoire appuie sa collection, de livres et d’applications sur de «petits personnages», grandes figures de l’Histoire, auxquels les enfants peuvent facilement s’identifier. Le traitement graphique de la collection est novateur, coloré et adapté aux enfants.

Mon avis :

J’adore cette édition et je suis tombée sous le charme des livres proposés. Les illustrations sont originales et le format est petit, ce qui fait de ces livres d’histoires des petits albums qu’on a envie de feuilleter. Les enfants les adorent, et les thèmes abordés sont vraiment représentatifs de l’Histoire. Ces petits livres développent l’essentiel à la portée des enfants, bluffant !

Les petits + de la doc : 

Quelle histoire propose plus de 60 livres avec des thèmes différents : Histoire de France, Civilisations, Découvertes, Conflits, Villes et Régions, Art, Sciences, Politique, Mythologie, Epoque, Hors-la-loi… Mais aussi des coffrets pour acheter tous les livres que regroupe un même thème.  Chers collègues, des prix spécial enseignant existent ! N’hésitez donc pas à les proposer sur vos étagères, même s’ils sont plutôt destinés à la primaire, ils peuvent encore convenir aux 6èmes !

A savoir :

10945083_972281386130349_4375825990385422639_o-1-510x600

coffret-et-livre_Peintres

poster_civilisations

Ma note :  20/20

Sweet sixteen, Annelise Heurtier

Résumé :

Rentrée 1957.
Le plus prestigieux lycée de l’Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à des étudiants noirs. Ils sont neuf à tenter l’aventure. Ils sont deux mille cinq cents, prêts à tout pour les en empêcher.

Cette histoire est inspirée de faits réels. (Edititions Casterman 2013)

Mon avis :

Ce roman est brillamment juste dans les faits qu’il dénonce. Par le quotidien de deux adolescentes que tout oppose (une noire et une blanche, à l’époque de la ségrégation), il retranscrit avec brio les émotions que peuvent ressentir ces adolescents qui ont tenté l’impossible en 1957 : faire leur rentrée dans un lycée prestigieux de blancs (alors qu’à cette époque les blancs et les noirs étaient clairement séparés : toilettes pour noirs, restaurants pour noirs, écoles pour noirs…). Très beau livre d’hymne à la tolérance et au courage !

Les petits + de la doc : 

Sweet sixteen  convient aux adolescents dès le collège (quatrième-troisième) et illustre parfaitement le thème de la ségrégation des noirs. Chers collègues, n’hésitez pas à le proposer à vos élèves pour aborder le racisme ou la tolérance, ou plus historiquement la traite des noirs à cette époque. Il reste très abordable par les élèves auxquels les voix des deux adolescentes leur font écho par leurs préoccupations telles la mode, mais aussi le regard des autres, et la popularité.

A savoir :

  • Prix NRP 2013/2014
  • Prix de la librairie Honoré 2013
  • Prix de la ville de Loudéac et de la Cidéral 2014
  • L’expression « sweet sixteen » désigne en Amérique le seizième anniversaire de la vie d’une jeune femme.

Ma note :  17/20

14-14, Paul Beorn & Silène Edgar

Couv 14-14 vdef.indd

Résumé :

Hadrien et Adrien ont treize ans et habitent tous les deux en Picardie. Ils ont les mêmes préoccupations : l’école, la famille, les filles… Une seule chose les sépare : Hadrien vit en 1914 et Adrien en 2014. Grâce à une boîte aux lettres mystérieuse, les deux adolescents vont s’échanger du courrier et devenir amis. Mais la Grande Guerre est sur le point d’éclater pour Hadrien et leur correspondance pourrait bien s’interrompre de façon dramatique… (Edition Castelmore 2014)

Mon avis :

Ce roman, à l’intrigue a priori prometteuse, gagne le pari de nous faire entrer dans l’univers de ces deux personnages que le destin n’aurait jamais pu réunir dans la vraie vie. Bien qu’il ait une touche de merveilleux, on a envie de croire en cette histoire. Ce roman aborde les tracas quotidiens des adolescents, qui restent les mêmes d’un siècle à l’autre : l’amour, l’amitié, l’école, l’autorité parentale…  Je conseille la lecture de ce livre à tous les adolescents qui souhaitent se retrouver dans un livre plein de vérité, mais aussi aux amoureux de la période de la Première Guerre Mondiale.

Les petits + de la doc : 

14-14 convient aux adolescents dès le collège car la lecture est très fluide, les chapitres sont courts, et le vocabulaire employé par les adolescents leur est familier. Chers collègues, n’hésitez pas à faire étudier ce roman à vos élèves et notez qu’un dossier pédagogique à destination des enseignants est disponible en téléchargement sur le site internet.

A savoir :

  • A obtenu le prix Gulli du roman 2014
  • Disponible aussi en format numérique.

Ma note :  19/20