Et avec Tango nous voilà trois ! Richardson & Parnell

 tango

Résumé :

Événement au zoo de Central Park, à New-York : un adorable bébé manchot né d’un œuf couvé par deux mâles. C’est Tango !

Une étonnante histoire vraie, pleine de la douceur des plumes de Tango et du regard attentionné de ses parents. (Edition Rue du monde 2013)

Mon avis :

J’adore cet album ! L’histoire est racontée d’un naturel, d’une innocence et d’une simplicité impressionnante. Il s’agit d’une belle histoire d’amour d’un couple manchot, Roy et Silo, qui tentent de fonder une famille. A part que cette famille est particulière puisque les deux parents manchots sont tous les deux des mâles. J’adore les dessins et les animaux sont attendrissants. Le fait que ces deux mâles se comportent comme un couple, et reproduisent les gestes des couples mâle/femelle qu’ils observent, en couvant un caillou qui ressemble à un œuf, comme tous les autres couples, c’est magnifique ! Le soigneur, attendri et comprenant que les deux animaux sont amoureux, va leur proposer un véritable œuf qu’un couple de manchot ne pouvait pas couver. Le plus touchant dans cet album, c’est que les faits sont 100% réels. En effet le couple de manchots existe bel et bien dans un zoo à New York, et cette histoire est la leur.

Les petits + de la doc : 

Et avec Tango nous voilà trois ! convient à tous les âges. Une belle romance d’actualité pour faire comprendre aux enfants que l’amour est ce qui compte le plus. Chers collègues, tout le monde devrait lire ce livre, même les adultes qui peinent parfois à comprendre une chose aussi simple qu’est l’amour. L’amour qui n’a ni sexe, ni religion, ni âge… Une belle façon d’aborder l’homoparentalité et l’adoption et surtout la tolérance.

A savoir :

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

14632494_736935923111346_1181511731_o14807939_736935943111344_2047826253_o

tango-b2fb6

Ma note :  19/20

Publicités

La vie à reculons, Gudule

bm_cvt_la-vie-a-reculons_1492

Résumé :

Thomas a quinze ans. À la suite d’une transfusion sanguine, il est devenu séropositif. Pour lui aucune différence : il veut vivre comme tout le monde, sans le mépris et surtout sans la pitié des autres. Ses parents ont d’ailleurs fait promettre le secret au proviseur de son collège. Mais quand Thomas tombe amoureux d’Elsa, la mécanique de la peur et de l’ignorance se met en marche. (Editions Le livre de Poche 1994)

Mon avis :

Voici un roman touchant et agréable à lire avec un thème pourtant difficile à aborder avec légèreté. Une amourette d’adolescents avec des traits d’amour impossible, quoi de plus alléchant ! Sauf que là, le terrible responsable est le SIDA. J’ai particulièrement apprécié ce roman parce qu’il donne aux adolescents une vision moins tragique de la séropositivité et qu’il reste tout à fait possible de vivre avec, et de vivre heureux. A travers l’injustice et la trahison, Thomas, le jeune séropositif, montre au monde que le traiter comme un être fragile ne fait qu’aggraver les choses. Le lourd fardeau qui lui pèse sous les épaules ne fait que s’accroître quand les autres le rejettent. Il est lui aussi victime de cette maladie, qui a surgit en lui lors d’une transfusion sanguine après un grave accident. Ce roman permet cependant d’appréhender la maladie à travers les yeux du malade et d’en connaître les moyens de transmission. Ainsi, les élèves apprendront que les séropositifs ne sont pas contagieux au toucher mais que ce virus ne se transmet qu’avec le sang ou le sperme. Il chasse aussi les préjugés sur les sidéens qui sont, aux yeux de la majorité, soit homosexuels soit drogués. Une belle histoire d’amour mais surtout une belle leçon de courage pour ce jeune homme qui, en plus de se battre contre cette terrible maladie, doit se battre contre les préjugés et la peur pour vivre pleinement son amour, en prouvant qu’il est comme tout le monde, même s’il prend des chemins houleux. Une belle leçon de tolérance.

Les petits + de la doc : 

Une vie à reculons convient dès le collège. Les élèves apprécieront le côté fleur bleu et léger de l’histoire d’amour de Thomas et Elsa, tout en s’informant sur une maladie peu connue par les élèves, car peu rencontrée. Ils pourront connaître les moyens de transmission du VIH en oubliant leurs préjugés. Chers collègues, n’hésitez pas à proposer ce roman en lecture cursive. Il peut amener des débats sur la maladie évidemment, mais aussi sur les stéréotypes ou préjugés qui font la vie dure aux principaux intéressés. A relier donc avec l’Education à la Santé. Si vous ne l’avez pas au CDI, c’est le moment de l’acquérir car il plait aux élèves car n’aborde pas la maladie du côté scientifique et biologique mais plutôt avec ses impacts moraux dû au rejet de l’entourage et surtout aux difficultés rencontrées en amour. C’est surtout un livre sur la tolérance et l’acceptation de l’autre malgré ses différences.

A savoir :

 A obtenu : Prix des collègiens de la ville de Vannes 1996, Prix Martinique du livre jeunesse 1996, Prix du livre ado de la ville de Rennes 1996, Prix du livre de jeunesse de la ville de Redon 1996, Prix Ruralivre du Pas-de-Calais 1996, Prix du jury Lumière de Besançon 1996, Prix Coup de Coeur de la ville de Bruxelles 1998.

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

Ma note :  17/20

[Trilogie] Les Autodafeurs, Marine Carteron

Résumé :

A la mort de son père, Auguste part avec sa famille s’installer chez les grands-parents à la campagne. Mais ce qui s’annonçait comme un retour aux sources, se change en une aventure vertigineuse…
Car, au détour d’une conversation, Auguste apprend qu’il n’y a jamais eu « d’accident ». Son père a été assassiné par une mystérieuse société secrète, les Autodafeurs.
Leur but ? Le contrôle du savoir et la main mise sur sa forme la plus ancienne : Les livres….
Leur seul adversaire ? La Confrérie?
Son père en faisait partie et Auguste doit prendre la relève. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’il va mettre les deux pieds dans un complot d’envergure internationale.
Heureusement pour lui, sa petite sœur autiste, Césarine, a décidé de s’occuper de tout ça… (Editions du Rouergue 2014)

Mon avis :

Ce roman est tout simplement génial ! Mon COUP DE CŒUR en littérature jeunesse ! Cette trilogie mêle romance, action, histoire, suspense, et humour. On est transporté dans l’aventure d’Auguste pour comprendre pourquoi son père a été assassiné. Entre secret de famille et complot international, le quotidien de cet adolescent est bouleversé. Une intrigue bien ficelée autour d’un seul objet précieux : le livre, que les personnages vont tenter de sauvegarder ! Les chapitres s’alternent entre récit raconté par Auguste, et récit raconté par sa sœur, qui se révèlent être une sorte de journaux intimes où tous deux livrent leurs peurs et leurs doutes. L’histoire tient vraiment la route et on s’attache aux personnages. J’ai lu les trois tomes à un an d’intervalle et je n’ai jamais eu de mal à me souvenir des personnages qui laissent une trace indélébile. Je le recommande !!

Les petits + de la doc : 

Les Autodafeurs convient dès le collège (quatrième-troisième). Un scénario haletant qui devrait séduire n’importe quel adepte des romans à rebondissements. De plus, ce roman est profond et intelligent, avec des adolescents qui mûrissent, qui apprennent de la vie, une vraie leçon de vie ! Chers collègues, n’hésitez plus, cette trilogie DOIT être dans vos rayons !

A savoir :

  • Les collégiens l’adorent, alors empressez-vous de l’acheter !
  • Anecdote : Marine Carteron, professeur de français, a écrit Les Audodafeurs après que son fils lui ait affirmé arrêter de lire après Harry Potter, car rien ne pouvait être mieux. Prenant cette annonce comme un défi, elle décide d’écrire un roman rien que pour lui.

Ma note :  20/20

Un super bonus

Ci-dessous, le commentaire de l’auteur en personne sur ma chronique, je suis RA-VIIIE ! Merci encore Marine Carteron !!

commentaire marine carteron

[Trilogie] L’Autre, Tome 1 : Le Souffle de la Hyène, Pierre Bottero

Résumé :

Ne me touche pas… La voix, cassée, était à peine humaine et les yeux qui se fixèrent sur Natan ceux d’un fauve. – Ne me touche… surtout pas ! La main de Natan retomba sans force. Il eut le temps de voir un rayon de lune accrocher une larme sur la joue de Shaé. Il s’évanouit. (Edition Rageot, 2006)

Mon avis :

On m’avait décrit Pierre Bottero comme un incontournable de la littérature jeunesse. Cette première lecture me conforte dans l’idée que les adolescents doivent l’adorer! Alliant intrigue mystérieuse et quotidien banal d’un adolescent, on est transporté dans le bouleversement auquel il est confronté. Un premier tome prometteur qui nous fait voyager dans un monde où  cohabitent secrets de famille et pouvoirs imaginaires.

Les petits + de la doc : 

La saga L’Autre s’adresse aux adolescents à partir du collège mais l’univers très riche dans lequel vivent les deux adolescents le rend accessible aux lycéens et aux adultes. Chers collègues, l’écriture remarquable de Pierre Bottero peut vous séduire pour aborder le genre fantastique avec vos élèves.

A savoir :

  • 3 tomes
  • Plusieurs oeuvres de Pierre Bottero se font écho. Il se peut que vous retrouviez les personnages de L’Autre dans d’autres sagas…

Ma note :  18/20

14-14, Paul Beorn & Silène Edgar

Couv 14-14 vdef.indd

Résumé :

Hadrien et Adrien ont treize ans et habitent tous les deux en Picardie. Ils ont les mêmes préoccupations : l’école, la famille, les filles… Une seule chose les sépare : Hadrien vit en 1914 et Adrien en 2014. Grâce à une boîte aux lettres mystérieuse, les deux adolescents vont s’échanger du courrier et devenir amis. Mais la Grande Guerre est sur le point d’éclater pour Hadrien et leur correspondance pourrait bien s’interrompre de façon dramatique… (Edition Castelmore 2014)

Mon avis :

Ce roman, à l’intrigue a priori prometteuse, gagne le pari de nous faire entrer dans l’univers de ces deux personnages que le destin n’aurait jamais pu réunir dans la vraie vie. Bien qu’il ait une touche de merveilleux, on a envie de croire en cette histoire. Ce roman aborde les tracas quotidiens des adolescents, qui restent les mêmes d’un siècle à l’autre : l’amour, l’amitié, l’école, l’autorité parentale…  Je conseille la lecture de ce livre à tous les adolescents qui souhaitent se retrouver dans un livre plein de vérité, mais aussi aux amoureux de la période de la Première Guerre Mondiale.

Les petits + de la doc : 

14-14 convient aux adolescents dès le collège car la lecture est très fluide, les chapitres sont courts, et le vocabulaire employé par les adolescents leur est familier. Chers collègues, n’hésitez pas à faire étudier ce roman à vos élèves et notez qu’un dossier pédagogique à destination des enseignants est disponible en téléchargement sur le site internet.

A savoir :

  • A obtenu le prix Gulli du roman 2014
  • Disponible aussi en format numérique.

Ma note :  19/20