La fille de mes rêves, C. Lambert & S. VanSteen

la-fille-de-mes-reves-602748

Résumé :

Real Dream est un espace virtuel de rencontres auquel on accède par le rêve, grâce à un avatar modelé à votre image. Lycéen le jour, Kamel Touzani est gardien de nuit dans l’entreprise qui commercialise Real Dream. Le jeune homme n’a rien d’un Apollon, mais il compte bien profiter de la Dreambox qui lui a été offerte… Il ne tarde pas à sympathiser avec Marc Herpoux, un séduisant cadre quadragénaire et, par jeu, tous deux échangent leurs avatars. C’est donc sous les traits avantageux de Marc que Kamel va approcher Lara Rastelli, la sublime remplaçante de sa prof de français. Et ça marche ! Mais l’euphorie est de courte durée car un bug mortel hante Real Dream. Et lorsque la mort vient frapper dans la réalité, le scénario romantique imaginé par Kamel vire franchement au cauchemar. (Editions Syros 2011)

Mon avis :

Comment ne pas être absolument subjugué par cette idée géniale de Dreambox ? Vous imaginez-vous, le soir , avant de vous endormir, paramétrer votre Dreambox pour qu’elle se connecte à votre cerveau pendant votre sommeil, et choisir le rêve que vous allez faire ? En plus de pouvoir faire des rêves complètement hors du commun (sports de l’extrême, plage paradisiaque, voyage sur Mars…) vous pouvez aussi faire le choix de vous connecter à l’avatar d’une personne et passer votre rêve avec elle, si elle est d’accord ? Voici comment une société Real Dream, qui a changé le quotidien du monde entier en proposant, devient multimilliardaire avec cette idée hallucinante. Mais une telle popularité amène à des dérives… Même si le forfait de la Dreambox est très cher, tout le monde souhaite faire ces rêves fantastiques, et certain basculent dans la dérive : viols virtuels notamment. Une équipe va donc devoir surveiller les rêves en permanence pour éviter ce genre de problème. Quand un jeune ado, Kamel, d’origine arabe, qui travaille la nuit pour aider sa mère, décroche un job au sein de l’entreprise Real Dream comme gardien de nuit, il voit là un bon moyen de draguer sa jeune prof de français qui lui plait particulièrement. Grâce à son poste, il a pu obtenir un vieux modèle de Dreambox mais malheureusement, les avatars des utilisateurs sont à leur image (il faut passer un scanner pour que se génère l’avatar, ainsi pas moyen de se faire passer pour un autre!). C’est alors qu’il se lie d’amitié avec un autre employé de Real Dream, et lui propose d’échanger leur clé USB correspondant à leur avatar, pour changer de peau le temps d’un rêve. Marc Herpoux, un beau brun quadragénaire, devrait être le modèle parfait pour plaire à sa belle enseignante ! Mais l’entreprise connait un énorme beug, qui met certains utilisateurs en état de somnambulisme profond, provoque de gros accidents, et la mort. Quand celle-ci touchera Marc Herpoux, Kamel, ignorant sa mort, qui utilise toujours sa clé USB, va se mettre, à ses dépends, dans un engrenage sans fin… L’idée est remarquable !! J’ai adoré ! Quelle intrigue intéressante ! Et les personnages sont tous aussi attachants les uns que les autres. On découvre une chef d’entreprise surmenée qui veut faire tourner sa boîte qui devient un succès planétaire, un jeune ado un peu trop typé pour séduire les filles et en mal d’amour, une geek gothique remarquablement intelligente, ou encore des bourreaux de travail qui donneraient corps et âme pour leur bijou virtuel… Un cocktail détonnant pour une superbe lecture !

Les petits + de la doc : 

La fille de mes rêves convient dès le collège. Ce roman est non seulement drôle, mais plein d’aventure, de rebondissement, mais aussi d’amour. En plus, il donne une bonne leçon sur les dangers du monde virtuel, qui, même s’il n’appartient pas à la réalité, a de grosses répercussions sur le monde réel. Chers collègues, proposez ce roman à vos jeunes lecteurs. Non seulement l’idée est géniale, mais même s’il se veut plutôt divertissant que moralisateur, on comprend le fil rouge d’une menace qu’implique le virtuel (les dangers des personnes qui se cachent derrière un avatar, les dérives de certains hackers qui peuvent déjouer tous les systèmes de sécurité, la méconnaissance des utilisateurs qui se croient à l’abri dans un monde virtuel…). Ce roman pourrait être un roman d’anticipation, nous laissant deviner comment pourraient se faire les rencontres et les relations à l’avenir. A lier avec l’EMC (Education morale et civique) pour avoir un bon comportement sur Internet et pour éviter les dangers du net.

A savoir :

Retrouvez-moi sur Facebook avec des petites anecdotes et tous les articles !

Ma note :  18/20

Ma réputation, Gaël Aymon

Résumé :

Laura, 15 ans, préfère la compagnie des garçons, celle de Jimmy, Sofiane et Théo. Les mimiques travaillées, les soirées filles, c’est pas trop son truc. Mais lorsqu’elle repousse les avances de Sofiane, ses amis lui tournent le dos et Laura se retrouve isolée et vulnérable. Seule en cours, seule au self, seule dans les couloirs. Les pires ragots circulent à son sujet sur les réseaux sociaux, la rumeur enfle et l’isolement de Laura grandit. Jusqu’à sa rencontre avec Joséphine, élève solitaire et marginale comme elle, qui va l’aider à relever la tête et à dénoncer le harcèlement dont elle est victime. (Editions Acte Sud Junior 2013)

Mon avis :

Je l’ai dévoré en une petite heure. On s’accroche très vite à Laura qui se confie simplement sur les épisodes de son quotidien, et surtout depuis qu’un garçon de sa bande de copain a tenté de l’embrasser. Elle, la fille cool et décontractée qui ne traîne qu’avec des garçons car elle ne supporte pas les filles, elle qui se sent trahie qu’il ait pu s’imaginer quelque chose. Est-ce que sa relation avec la bande va changer après cet incident ? Malheureusement elle va le constater très vite, en étant incapable de réagir, de se défendre… Tous les jeunes devraient prendre une petite heure pour lire ce court roman, ne serait-ce que pour comprendre le mal que certains actes, qui passent a priori pour des bêtises d’adolescents, peuvent avoir de graves conséquences. A LIRE !

Les petits + de la doc : 

Ma réputation est un très très court roman de moins de 100 pages qui se lit très vite et surtout qui peut toucher n’importe quel élève qui saura se reconnaître dans cette voix d’adolescente. Ce roman n’est pas à prendre comme moralisateur contre le harcèlement scolaire, mais comme témoignage fort et touchant d’une ado comme les autres qui doit vivre des choses qui la dépassent. Chers collègues, pour aborder le thème du harcèlement scolaire, ce court roman peut faire ouvrir les yeux sur certaines pratiques qui peuvent faire beaucoup de dégâts dans une tête d’adolescent (dangers d’internet, des rumeurs…).

A savoir :

 A obtenu le Prix gr’aisne de critique en 2015, le Prix de la ville Cherbourg-Octeville en 2015

Ma note :  19/20

Comment (bien) rater ses vacances, Anne Percin

Résumé :

Pour échapper aux vacances en famille, Maxime choisit d’aller chez sa grand-mère.
Il avait tout prévu pour passer des jours tranquilles devant son ordi… sauf la crise cardiaque de sa grand-mère. Le voilà seul pendant son hospitalisation, et les vacances vont se transformer en feuilleton délirant ! (Editions du Rouergue 2010)

Mon avis :

J’ai adoré cette lecture. Un adolescent qui se retrouve en vacances chez sa grand-mère, rien de bien excitant. Mais ses vacances vont devenir pleines de péripéties quand il va se retrouver seul, sa grand-mère étant hospitalisée, et ses parents injoignables… J’adore la maturité et en même temps la folie de Maxime, mais surtout, ce qui me plait le plus dans ce roman, c’est l’humour ! Maxime, un ado avec des préoccupations actuelles (les jeux vidéos, la musique, les films) qui geek à longueur de temps et clash son meilleur copain Kevin, est toutefois très intelligent et passionné d’économie. Tout en simplicité, lire ce roman vous assure de passer du bon temps !

Les petits + de la doc : 

Commment (bien) rater ses vacances convient dès le collège car la lecture est très fluide, c’est un adolescent qui parle ce qui en rend la lecture très vivant et pas complexe. De plus, on s’attache énormément aux personnages. Chers collègues, n’hésitez plus à proposer ce livre au CDI, les élèves peuvent s’identifier facilement au personnage qui, malgré son quotidien banal, va vivre des vacances extraordinairement étonnantes…

A savoir :

Ma note :  18/20

[Série] Tueurs de mamans, Zidrou & Benoit Ers

Résumé :

Béatriz, Marie, Valentine, Kom Piu et Toronto sont cinq ados qui se retrouvent régulièrement dans leur cachette secrète : la chapelle désaffectée de leur école. Ce qui les a rapprochées, c’est une caractéristique commune : l’absence de père à la maison. Du coup, même si elles adorent leurs mères, elles ont, comme tout ado qui se respecte, des tonnes de reproches à leur faire.
Un jour, elles tombent par hasard sur un site de « punisseurs » qui propose de châtier les parents pas cool. Par jeu, elles passent commande.
Mais les punitions commencent à arriver réellement. De la plus anodine à la plus grave…
Paniquées, les cinq filles vont commencer une course contre la montre pour essayer de protéger leurs mères de la folie vengeresse de ces mystérieux « justiciers » ! (Editions Dupuis 2013)

Mon avis :

J’ai adoré ces deux tomes. On est plongé dans l’univers d’adolescentes qui en ont marre de leurs parents mais surtout de l’autorité parentale. Elles se réunissent dans un coin secret de leur bahut et discutent de leurs tracas d’adolescentes (rien d’extraordinaire jusque là). Mais ces adolescentes sont aussi des jeunes connectées et surfent souvent sur le net. Mais à la découverte d’un site qui se propose de punir les parents, les filles jouent le jeu et enregistrent leurs punitions. Mais elles ne s’attendaient pas à ce que ces punitions se réalisent… Suspense, mystère, angoisses… GENIAL !

Les petits + de la doc : 

Ces BD s’adressent à des adolescents dès le collège et abordent un thème important qui est le danger d’internet. Elles n’ont en aucun cas le rôle d’être moralisatrices, elles énoncent simplement des faits et l’idée peut faire seule son chemin dans l’esprit de l’adolescent. Chers collègues, n’hésitez pas à proposer ces BD au CDI, mais je dirai qu’elles conviennent plus au collège pour son ton enfantin, et même fin de primaire !

A savoir :

Ma note :  16/20

Pixel noir, Jeanne-A Debats

Résumé :

Pixel est un adolescent solitaire et un crack en informatique. Après un grave accident, son esprit est plongé dans un Virtuel de Repos tandis que son corps est aux mains des médecins. Ce Virtuel est censé prendre la forme d’un campus universitaire dans lequel évoluent les avatars des malades, mais à son arrivée, Pixel découvre un monde sans adultes, sous la coupe d’un ado avide de pouvoir. Et ce n’est pas tout : l’environnement se détraque, il neige en plein été, les journées s’allongent démesurément… Le Virtuel de Repos est en proie à un bug qui risque d’entraîner leur vraie mort à tous. (Editions Syros 2014)

Mon avis :

Cet univers est époustouflant ! L’idée qu’il existe une sorte de monde parallèle dans lequel seraient envoyés les esprits des personnes dans le coma est formidable ! Pixel, le héros de cette histoire va découvrir que cette terre promise est tout sauf un havre de paix. Des adolescents orgueilleux ont pris possession de ce monde parallèle et le mènent à sa perte. Sans aucun adulte et sans aucun moyen de contacter le monde réel, Pixel va devoir se protéger des bugs engendrés par ce monde virtuel, et des mauvaises intentions de certains adolescents. Un roman aux allures de dystopie avec son lot de suspense, d’aventure et d’histoire sentimentale comme les ados les aiment ! Un régal !

Les petits + de la doc : 

Pixel Noir, même s’il se veut être une fiction, peut être un bon moyen d’amener le thème d’identité numérique avec les élèves, et surtout les dangers qu’encourent le monde virtuel. Chers collègues, n’hésitez donc pas à le proposer sur vos étagères !

A savoir :

  • Jeanne-A Debats a obtenu en 2008 Le Grand Prix de l’Imaginaire et Le Grand Prix de la Science-Fiction.
  • Roman clin d’oeil à Sa Majesté des mouches de William Golding (qui apparaît d’ailleurs dans l’histoire).

Ma note :  18/20